La transe hypnotique, comment bien la comprendre

Dans cet article sur la transe hypnotique, vous trouverez :

  • Étymologie
  • Qu’est ce qu’une transe ? (il existe autre chose que la transe hypnotique)
  • La transe est conduite par des principes inducteurs
  • Les inductions hypnotiques et leurs facteurs communs
  • Les grandes familles de l’état hypnotique
  • Comparaison entre état ordinaire et état modifié de conscience
  • La transe et la lucidité
  • L’identité hypnotique
  • La transe, au delà de l’identité
  • La transe et l’hypnose, ce qu’il faut retenir sur les états modifiés de conscience
  • Source de l’article

*Cet article à pour but de faire un parallèle sur la transe et la transe hypnotique afin de mieux comprendre ce qu’elle est, ce à quoi elle est rattachée et comment l’utiliser.

Les informations sont tirées du livre de Georges Lapassade : « Les états modifiés de conscience »

La transe hypnotique

 

Étymologie du mot « transe »

 

La racine de « transe » est l’héritage du verbe « transir », terme ancien du moyen âge qui signifie partir.

Il y a un tronc commun avec le mot « transit » c’est à dire, l’idée de « traverser quelque chose sans s’arrêter ».

Qu’est ce qu’une transe ?

La transe, c’est un état modifié de conscience qu’on retrouve dans de nombreuses cultures. Elle peut être néoténique, exsomatique, onirique, orgasmique, hypnotique vous l’avez compris, il en existe pas mal.

Wikipédia en dénombre une vingtaine ici

Pour vous faire une idée du tronc commun qu’on ces transes les unes avec les autres, voici une brève définition de quelques unes d’entre elles :

1) La transe néoténique :

C’est l’état dans lequel on se retrouve après la naissance pour se préparer à la vie.

Dans cette état le corps est particulièrement fragile et subit des états de somnolence dans lesquels on aperçoit une activité intense des yeux sous les paupières. Il s’agirait alors de la période où la conscience de soi apparaît.

Les anciens textes taoïstes disent :

« On sort dans la vie, on entre dans la mort »

Peut-être faisaient-ils allusion directement à la conscience ?

2) La transe ecsomatique :

C’est la transe qui permet de sortir de son corps physique pour faire un voyage astral.

Cette état permet de percevoir le monde à partir d’un lieu extérieur à son corps, sans être soumis aux contraintes de la réalité ordinaire.

3) La transe onirique :

C’est le rêve lucide, la conscience que l’on a d’être en train de dormir lorsque l’on est dans un rêve. On parle alors de « corps de rêve » à distinguer toutefois de la notion de « corps astral » qui est différente.

4) La transe hypnotique :

Il s’agit de la transe utilisée pour utiliser les procédés de l’hypnose thérapeutique comme les régressions en âge, pour accompagner une personne à mobiliser ses ressources inconscientes.

On peut ainsi construire ou déconstruire certaines croyances, agir sur des processus inconscients pour exécuter une tâche, un changement, qu’une personne à du mal à faire dans la conscience de tous les jours.

NB : Dans les types de transes, on distingue la catégorie hypnagogique (transe entre la veille et le sommeil, au seuil de l’endormissement) et la catégorie hypnopompique (transe entre le sommeil et la veille, au seuil du réveil).

Pour conclure, nous pouvons affirmer que le terme « transe » désigne le « passage » par lequel on passe pour effectuer une expérience perceptive différente de celle du monde de tous les jours.

La transe hypnotique est conduite par des principes inducteurs

 

L’induction est la pratique utilisée pour modifier l’état de conscience.

L’induction peut être issue d’un dispositif naturel ou construit.

Voici quelques situations qui provoquent des EMC :

1) La réduction des stimulations externes :

exemples : la solitude, la conduite sur autoroute, l’ennui extrême…

2) L’augmentation des stimuli extéroceptifs :

(contact corporel avec le monde qui nous entoure)

exemples : la torture, la lavage de cerveau, la transe orgiastique, chamanique ou celle des derviches tourneurs…

3) L’intensification de la vigilance :

exemples : lorsque l’on s’implique en profondeur dans la lecture, l’écriture, que l’on se focalise sur la résolution d’un problème, que l’on devient absorbé par un métronome ou un orateur ou alors la télévision…

4) La baisse de la vigilance :

exemples : somnolence, rêverie, auto hypnose, relâchement musculaire ou intellectuel…

5) Facteurs psychosomatiques, altérations chimiques ou neurologiques :

exemples : hypoglycémie et hyperglycémie, manque de sommeil, hyperventilation, alcool, drogues…

Les inductions hypnotiques et leurs facteurs communs

Il existe de nombreuses inductions en hypnose Ericksonnienne :

  • fixation d’un point
  • souvenir agréable
  • par réactivation d’un ancrage
  • contraction et décontraction musculaire
  • par saturation psychique
  • par catalepsie du bras
  • par une spirale sensorielle

Ces inductions ont pourtant un tronc commun à savoir :

1) Ne pas avoir à réaliser des efforts pour maintenir la position du corps.

2) On demande au sujet de pas plus prêter attention aux stimuli extérieurs et aux pensées pour écouter seulement la voix du praticien afin de ne plus soutenir l’état de veille.

3) L’écoute de la voix du praticien est passive, pour modifier l’activité du cerveau.

4) Un changement de l’attention pour modifier la relation avec l’extérieur.

5) La suggestion pour encourager le sujet à se laisser conduire dans l’état d’hypnose.

6) Le sujet continue d’entendre ce que lui dit le praticien (bien que parfois il n’en n’ai pas souvenir).

7) On test la suggestibilité (par exemple une lourdeur du bras) pour vérifier l’état et approfondir le lien entre le sujet et « la voix ».

En résumé, il faut retenir :

Finalement, l’hypnose est un rite de transe organisé dans notre société dont l’induction est le dispositif qui permet d’y accéder.

La transe hypnotique est la sortie de la conscience ordinaire pour rentrer dans un nouvel état qui garde un pied dans « la veille » mais qui permet au sujet hypnotisé de vivre une expérience qui modifie sa perception.

Les grandes familles de l’état hypnotique :

Il existe deux grands types de comportements hypnotiques selon les études de Braid et de Charcot* :

*(voir l’article n°1 : L’hypnose, l’histoire et Milton Erickson)

  1. La transe cataleptique (immobile)

  2. La transe somnambulique (mobile)

Ces états s’observent dans la vie animal :

-La transe cataleptique s’observe lorsqu’une proie « fait le mort » pour se protéger d’un danger imminent et se fondre dans le décor.

-La transe somnambulique s’observe chez les prédateurs lorsqu’ils refusent de se soumettre et émettent des impulsions nerveuses pour prendre le dessus.

Les transes que nous utilisons en hypnose sont en fait des mécanismes enracinés de la vie et de l’adaptation.

En 1984, le Dr Didier Michaux, (gérant de l’Institut Français d’Hypnose) décrit 4 formes principales de la transe hypnotique à partir d’une analyse détaillée du comportement et du vécu de la transe.

-La forme « somnambulique » :

La place royal de la suggestibilité, qui se caractérise par une activité éveillé dans un état modifié de conscience qui de l’extérieur, ressemble au sommeil.

-La forme « pseudo-léthargique » :

État de grande passivité ou la suggestion est acceptée lorsque elle vient satisfaire une tendance à la passivité.

-La forme « cataleptique » :

Diminution des capacités d’expression verbale provoqué par l’état modifié de conscience.

-La forme « léthargie-réveil » :

Paradoxe qui mélange une forte activité de la conscience (veille) avec une diminution du tonus moteur (sommeil)

Le Dr Michaux organise ces quatre formes en deux catégories que nous nommerons A et B.

La catégorie A comprend les deux premières formes où les sujets intègre la relation établie avec l’autre.

La catégorie B comprend les deux autres formes qui se présentent comme moyen de défense dans la relation établie avec l’autre.

Comparaison entre état ordinaire et état modifié de conscience

Pour avoir une meilleure représentation des états modifiés de conscience, faisons un parallèle avec les caractéristiques des états de conscience ordinaire.

1) Caractéristiques de l’état de conscience ordinaire selon le sociologue Alfred Schütz (Xxe siècle) :

  • Une tension spécifique de la conscience et une pleine attention à la vie
  • Une suspension du jugement concernant la réalité du monde
  • Une forme de spontanéité à tendre vers un but, spécifiquement le travail
  • Une forme spécifique et unifiée d’expérience du moi
  • Une forme d’instinct qui fait vivre l’homme avec ses semblables (socialité)
  • Une perspective standardisée du temps

Le « saut » de l’état de conscience ordinaire à l’état modifié de conscience va se réalisé grâce à l’induction de la transe hypnotique.

2) Caractéristiques de l’état modifié de conscience :

  • -Une tension décroissante, une diminution de l’attention à la vie
  • -Remise en cause de la réalité du monde
  • -Spontanéité de transe, expression du « corps de transe »
  • -Division du « moi », dissociation
  • -Relation et rapport différent à autrui ou expérience solitaire
  • -Saut quantique, modification de la perception du temps (contracté ou dilaté)

Notons que les caractéristiques des États Modifiés de Conscience varient selon les cultures, la transe hypnotique étant un terme spécifique qui définie une transe dans un contexte particulier.

La transe et la lucidité

 

An cours de l’histoire de l’hypnose, un terme fait récurrence.

En effet, la notion de lucidité se retrouve à la fois dans « sommeil lucide » (Abbé de Faria 1819), « rêve lucide » (Van Eeden 1912), « possession lucide » ( Oesterreich 1922). Elle est une dimension essentielle que l’on retrouve dans de nombreux travaux sur l’hypnose, la méditation et d’autres domaines où la transe intervient.

Cette notion fait allusion à deux dimensions de la conscience modifiée :

-Une dimension plutôt passive où l’on subit ce que se passe.

-Une dimension active en qualité d’observateur qui conserve sa lucidité.

Dans cet état, la conscience est alors envahie par les images et d’autre part conserve son état d’éveil.

On retrouve cette juxtaposition d’une réalité ordinaire/non ordinaire dans l’ensemble des états modifiés de conscience qui se situent entre la veille et le sommeil.

Exemple 1 : la lucidité onirique

Cette transe apparaît comme une décision consciente du rêveur qui sait qu’il rêve, et qui décide de poursuivre son rêve tout en sachant qu’il est en train de dormir.

Cela corrobore le fait qu’il s’agit d’une conscience « modifiée » et non d’un état inconscient.

Exemple 2 : la transe ecsomatique

Cet expérience de « décorporation » combine la rationalité de la veille et l’activité hallucinatoire.

La rationalité à le rôle de maintenir cette expérience comme si elle se déroulait à la lumière du jour tandis que l’activité hallucinatoire maintient la vision de la projection du corps, hors de lui-même.

Exemple 3 : la transe de l’agonie

Il s’agit de la transe dont on fait l’expérience lorsque l’on s’approche de la mort, et que l’on voit défiler le film de sa vie avec une grande rapidité.

L’identité hypnotique

Cette personnalité se remarque par le fait que le sujet hypnotisé se situe en dehors de la conscience veille et de la conscience endormie.

(Toutefois, il existe une position extrême de certaines personnes qui considèrent la transe hypnotique comme une pure simulation… chacun ses croyances hein ?).

-Idée sur l’identité hypnotique :

Les études de Hilgard (1977) font état d’un « observateur caché » lorsqu’un hypnotisé analgésique récent la douleur à un autre niveau. A ce moment, l’identité d’un hypnotisé diffère de son identité ordinaire.

-Ce que permet l’identité hypnotisée :

La transe hypnotique permet de réaliser une régression partielle du moi. Un sous-contrôle du sujet est guidé par le praticien en hypnose, tout en conservant son autonomie et ses échanges avec son milieu.

-Le jeu du moi avec lui-même :

La transe dépend d’une décision du sujet. Il peut choisir de se laisser prendre au jeu par ce qu’il le désir, soit conservé une distance et un regard critique s’il choisit d’avoir une attitude négative.

La transe est un jeu de l’imagination avec lui-même, qui permet à un individu de « jouer » un rôle inscrit dans notre culture et formé par notre société. La capacité du sujet à utiliser la suggestion de l’hypnotiseur dans un état de dissociation forme le modèle connu de comportement hypnotique.

Des questions qui soulèvent l’ambiguïté de la transe :

Quand peut-on dire qu’une transe est authentique ?

Que signifie l’authenticité d’une transe ?

Dans toute transe il y a un veilleur, comme le montre Puységur (1784) lorsqu’il rapporte les mots d’une femme en transe somnambulique :

« Demandez-moi de retirer mon bonnet, ce sera oui. Mais pas si vous me demandez de retirer tous mes vêtements »

Cela montre que même dans un état profond, il y a toujours un veilleur qui observe le voyage et peut le décrire.

La transe, au delà de l’identité

 

Des écrits de Tart (1975) sur les disciplines méditatives rapportent que la conscience/l’attention peut être élevé et avoir une indépendance vis à vis de l’état de conscience ordinaire.

Il s’agit d’un observateur hautement objectif par rapport à la personnalité normale car cet observateur est pure conscience/attention et qu’il n’émet pas de jugement.

Cet observateur peut se développer par la méditation et un des objectif de la méditation vipassana est de maintenir cet observateur pendant une longue durée voir une durée permanente.

Le but étant que l’observateur puisse réussir à observer l’activité de l’observateur et ainsi franchir le « règne de l’illusion ».

Dans le zen on retrouve aussi ce parcours :

« Au début du parcours, les arbres sont des arbres, les montagnes sont des montagnes et les lacs sont des lacs. Vers le milieu du voyage, les arbres ne sont plus des arbres, les montagnes ne sont plus des montagnes et les lacs ne sont plus des lacs. Mais au bout du voyage, les arbres redeviennent des arbres, les montagnes redeviennent des montagnes et les lacs redeviennent des lacs. »

L’attitude d’un être qui réfléchit est différente de celle d’un être qui observe ses réflexions. Dans les deux cas il y a concentration de l’attention sauf qu’on ajoute une critique lorsque l’on réfléchit.

Cette critique élimine une partie des idées venues avant la perception, et donc qui ne franchiront pas le seuil de la conscience.

L’auto-observation réprime la critique et laisse apparaître une quantité d’idées qui deviennent saisissables à la conscience.

La transe hypnotique et ce qu’il faut retenir sur les EMC :

 

L’hypnose est une « expérience vécue par la transe ».

On distingue la transe profonde « somnambulique » et la transe légère « associative ».

A l’origine, la transe est rattachée à un contexte religieux dont elle s’est petit à petit défait pour être associée au magnétisme animal (Mesmer) plutôt de l’ordre de la nature ou de la bio-énergie.

« La transe est le passage qu’un patient traverse pour être soulagé de certains maux » (Mesmer)

Ensuite, la transe devient le somnambulisme artificiel avec Puységur pour devenir enfin l’hypnose (Braid) et petit à petit on remplace la transe somnambulique (profonde) par la transe légère (associative) pour satisfaire les besoins du sujet.

L’hypnose est en quelque sorte une version Occidentale et moderne des rîtes de transe, pour utiliser la modification de l’état de conscience à des fins thérapeutqiues.

Le terme « transe hypnotique » est relativement récent puisque l’on ne parle d’hypnose que depuis le XIXe siècle.

Le terme État Modifié de Conscience (EMC) permet d’étiqueter un ensemble d’états ayant des points communs.

Ces états combinent l’activité de l’imaginaire et la rationalité de la veille dans la plupart des cas.

L’état modifié surgit lorsque l’on déstabilise la conscience de quelqu’un avec des principes inducteurs qui peuvent être d’origine naturels ou artificiels.

Source :

*Cet article à pour but de faire un parallèle sur la transe et la transe hypnotique afin de donner un aperçu ce qu’elle est, ce à quoi elle est rattachée et comment l’utiliser.

Livre « les états modifiés de conscience » par George Lapassade.

Cet article à été inspiré de l’ouvrage de George Lapassade que j’ai trouvé extrêmement intéressant sur le sujet. Malheureusement, on a du mal à le trouver en format papier, par contre, les joies du numérique nous permettent de se le procurer sur ordinateur pour un prix dérisoire.
Acheter « Les Etats modifiés de conscience »  sur Amazon

A l’origine, le livre fait 122 pages, il se lit rapidement et clarifie très bien le sujet

(Je précise que ce lien est un lien d’affilié, ce qui signifie que si vous achetez l’ebook en passant par là, un petit pourcentage est reversé au responsable du site, sans que cela n’affecte le prix d’origine du livre, merci d’avance si vous passez par ce lien)

PS : Les liseuses ne sont pas indispensables pour lire un ebook, Amazon propose le Kindle pour PC à télécharger gratuitement.

Téléchargez Kindle pour PC en cliquant ICI

 

3 Comments

  • Loup d'Epanouissement relationnel

    Reply Reply 15/05/2017

    Merci pour cet article qui résume bien les différentes pratiques hypnothique. Etant moi même coach et hypnothérapeute, tu pourrais également parlé de l’hypnose dites en conscience augmentée. C’est une forme d’hypnose où l’on associe l’hypnotisé à ses processus inconscient pour qu’il soit davantage conscient de son propre fonctionnement.

    Dans les deux hypnoses, Ericksonienne (classique) et humaniste (ou conscience augmentée), le patient entre dans un Etat Modifié de Conscience (EMC).

    Dans une induction classique, l’hypnothérapeute observe puis verbalise toutes les réactions inconscientes de l’hypnotisé pour dissocier le conscient et l’inconscient.
    Le patient a moins conscience de ses processus internes et de son fonctionnement.
    A l’inverse, l’hypnothérapeute en conscience augmentée ne dissocie pas mais associe le conscient et l’inconscient. Le patient est donc plus alerte, présent et connecté, il met une plus grande attention à soi, à ses processus internes et au monde alentour. En ratifiant les éléments liés aux perceptions, l’hypnothérapeute permet d’être plus présent à son corps, à ses sens et à tous les éléments qui se déroule autour de soi et en soi.
    Cette reconnexion produit un état de conscience augmentée. Dans ce cas, l’être s’ouvre, rayonne et se connecte à son « Soi Idéal ». Il explore alors un état d’hypnose plus intuitif et global.

    En tout ca merci pour ton article et au plaisir de te lire.
    Loup d’Epanouissement relationnel

    • Bonjour, oui c’est un très bonne idée, je note cette piste pour de futurs articles 😉 merci pour ta participation et à bientôt 🙂

Leave A Response

* Denotes Required Field