Résumé de Transe formations, le livre de Bandler et Grinder sur l’hypnose

Bonjour !

Dans cet article on va parler des bases de l’hypnose Ericksonienne, c’est à dire des techniques pour réaliser des inductions simples et d’autres plus complexes, ainsi que la façon de les utiliser.

Il s’agit du résumé du livre Transe Formations, écrit par Richard Bandler et John Grinder. Je vous souhaites un agréable lecture 🙂

Sommaire du livre Transe formations :

  • Transe formations : Préambule
  • Transe formations : Introduction
  • Transe formations : Inductions simples
  • Transe formations : Inductions complexes
  • Transe formations : Utilisation des techniques
  • Transe formations : Recadrage

transe formations

Préambule

– Transe formations –

 

Ce livre à pour but de transformer l’hypnose en procédures précises et compréhensibles pouvant être utiles dans la vie quotidienne.

Si je vous décrit la journée qui se déroule pendant que j’écris cet article sur une terrasse en hauteur, on voit le bleu azur du ciel, je ressens la caresse du vent sur mon visage et le soleil qui brille intensément avec en arrière plan, les montagnes Pyrénéennes, il y a des chances il y a des chances pour que vous ressentiez une partie de mon vécu en modifiant votre état de conscience.

Peut être même que ça vous donne envie d’y être et c’est normal, j’ai utilisé un procédé de communication hypnotique.

Lorsqu’on croit que l’hypnose est un outil pour modifier l’état de conscience, une bonne communication devient elle même de l’hypnose.

Si je vous dit, “ne soyez pas curieux de tout ce que vous pouvez apprendre en lisant cet article”, j’utilise une instruction négative.

Vous devez vous représenter ce que je dis pour ensuite, produire une réaction opposée.

Ne soyez pas impatient de découvrir ce qu’il y a dans cet article ensuite.

L’hypnose est basée sur une communication efficace et elle n’a pas de processus distinct.

Tout ce que je vais vous présenter ici, tiré du livre de Richard Bandler et John Grinder est très utile pour améliorer les relations avec les personnes que nous aimons, notre travail et la manière dont nous profitons de la vie.

L’hypnose permet de résoudre certains problèmes, comme arrêter de fumer, perdre du poids ou traiter des phobies, en repoussant ses limites.

Elle peut aussi servir à développer ses propre capacités et multiplier ses choix de vie.

Milton Erickson nous dit qu’il faut apprendre à faire confiance à son inconscient.

Facile, quand on s’appelle Milton Erickson, mais comment faire pour avoir les mêmes procédés inconscients et agir aussi efficacement que lui ?

C’est là que Bandler et Grinder interviennent avec leurs capacités à enseigner des procédures qui permettent d’accomplir les mêmes résultats.

Ces procédures sont des bases qui, avec un peut de pratique, deviennent automatiques, comme lorsque vous appuyez sur une poignée de porte.

 

Introduction

– Transe formations –

Je suppose que vous souhaitez découvrir comment l’hypnose peut vous aider dans votre domaine d’activité ?

Par la suite, peut être que vous vous demandez comment utiliser l’hypnose pour accomplir certains changements personnels.

Comme avec tout, pour l’hypnose il faut pratiquer. Au bout d’un temps, chaque piève du puzzle de la discipline est devenu un automatisme et alors, comme lorsque l’on passe le permis de conduire, on n’effectue pas de suivi conscient et pourtant on induit le résultat escompté.

La modélisation, c’est un peu comme établir la recette de cuisine qui permet d’atteindre un résultat.

D’une part, on pose les bonnes questions et d’autre part, on décrit ce qu’’i semble fonctionner.

Un modèle enseigné tel que celui présenté dans ce livre ne fait pas office de vérité ni de réalité, on peut comprendre le fonctionnement de l’hypnose qui ressemble à celui d’apprendre, comprendre une langue pour pratiquer, mais de là à savoir pourquoi ça marche, cela reste un mystère.

Ce qui est cool avec l’hypnose et à la fois surprenant, c’est que chacun en connait beaucoup plus lors de la découverte que ce qu’il pense qu’il connait.

Le tout est de se rendre compte qu’on en sait déjà un paquet, et cela évite de longues longues longues descriptions, pour laisser la place à beaucoup de pratique, d’expériences pour ensuite examiner ce qu’il s’est produit durant celles-ci.

En fait, on passe tous par des états hypnotiques tout le temps, c’est un état naturel. L’hypnose est seulement un mot pour dire qu’on emplois un outil qui induit un état modifié de conscience.

Une expérience commune de cet état est d’être sortit automatiquement à la bonne station de métro sans se rendre compte que le trajet était passé ou d’avoir vu quelqu’un le faire.

L’hypnose utilise des transitions naturelles qui induisent un état modifié de façon fluide, sans sursauts.

On peut aussi produire ce genre d’état en étonnant quelqu’un par exemple, en utilisant la confusion.

L’hypnose c’est un peu un mécanisme de bio-feedback, c’est ce qu’il se passe lorsque l’on accorde sa voix à la respiration de l’autre.

La congruence entre un message para-verbal et verbal vient comme embellir ce que l’on dit et augmenter l’impact des mots.

En hypnose, on entend souvent “je pense que je n’était pas en état d’hypnose, car j’entendais toujours et je ressentais ce qu’il se passait autour de moi” , le truc c’est que dans ce cas là, ça veut dire qu’on est mort, et c’est un autre état car l’hypnose amplifie simplement ce qu’on voit, entend et ressent.

L’hypnose permet d’avoir plus de contrôle sur soi grâce à un retour d’information dont on ne dispose pas en état ordinaire

Il existe différentes approches de l’hypnose, et l’approche Ericksonienne permet de développer ses compétences pour être capable d’induire une transe au cours d’une conversation sans avoir à prononcer le mot hypnose.

L’important n’est pas ce que l’on dit mais comment on le dit.

Personnellement, j’ai déjà entendu des choses du genre “ce que j’ai entendu m’a marqué mais je ne rappelle pas des mots que tu as dit” car la manière dont cela avait était prononcé avait pris le pas sur le contenu lui même.

Convaincre quelqu’un consciemment revient à provoquer des résistances.

L’idée en hypnose est de “noter” ce que à quoi les gens réagissent naturellement.

En effet, en notant ceci, vous pouvez apprendre à observer la réaction de quelqu’un, et adapter votre comportement pour produire un contexte dans lequel il réagira de manière adéquate.

Quand vous savez faire, vous pouvez induire facilement un état modifié et enseigner tout ce que vous voulez à cette personne.

L’important est d’établir un rapport, d’être sur le même rythme que la personne à qui vous vous adressez, en énonçant des choses qui sont évidentes pour la personne ou en vous posant sur le même rythme de respiration. C’est la synchronisation.

La profondeur de transe en hypnose, les phénomènes hypnotiques eux mêmes et les hallucinations positives et négatives n’ont pas de valeur eux même, ce sont des outils pour obtenir un résultat. Un état de transe consiste simplement à modifier votre vécu conscient.

Une définition intéressante de l’hypnose consiste à dire qu’il s’agit de structurer son mode de communication pour aider l’autre à accomplir plus facilement ce qu’il désire.

L’idée de créer des transitions fluides permet d’amener une personne dans une direction sans qu’elle ait à sauter d’une idée à l’autre, afin que le processus soit facile à suivre et crédible.

Je n’ai pas l’impression que l’hypnose soit un outil de persuasion mais plutôt un outil pour être convaincant et en méta-position (position de recule).

En hypnose on avance pas vite si on agit trop rapidement, on avance vite en agissant lentement. On met l’esprit du sujet sous sa coupe et le paradigme qui fait fonctionner son esprit conscient est débranché.

Erickson agissait de façon appropriée vis à vis de ses clients et faisait des choses différentes que les autres ne faisaient pas, et il ne rencontrait pas de résistance chez ses clients.

Tant qu’il y a un résultat, on peut ne pas s’intéresser à ce que dit “la science”.

La règle en hypnose est qu’on ne veut pas qu’il puisse y avoir d’échecs, et c’est pour cela qu’on utilise des opérateurs modaux de possibilité, comme “pourrait” ; “il se peut” etc…

Quand vous avez une personne qui vous suit cinq ou six fois de suite sur des opérateurs modaux, vous pouvez passer à la phase d’après et utilisé des mots qui impliquent une relation cause-effet et si jamais ça coince à ce moment là, vous pouvez revenir à des modaux de possibilités.

Avec ce principe, personne n’échoue en tentant de faire quoi que ce soit.

Souvent on entend parler de tests de réceptivité à l’hypnose, dommage, ça met dans la tête des gens qu’il y a des choses qu’ils peuvent ou ne peuvent pas faire.

Pour éviter les généralisations limitantes, on avance lentement en produisant les phénomènes hypnotiques classiques.

Qui a besoin de vivre une lévitation du bras ou une hallu finalement ? Ces phénomènes n’ont pas de valeur en eux mêmes.

Par contre, ce qui est cool, c’est d’amener les gens à vivre des expériences qui leurs permettent d’être convaincu qu’ils peuvent obtenir le changement qu’ils recherchent.

Si vous vous posez la question : “Que peut-on faire sous hypnose ?”

Je renvoie la suivante : “Comment utiliser l’hypnose pour faire ce que vous voulez faire ?”

En effet, l’hypnose est un ensemble d’outils et il faut savoir comment utiliser ses outils, songez à un mécano par exemple.

La première chose à apprendre c’est de savoir passer quelqu’un d’un état de conscience à un autre d’une façon rapide et élégante.

Il est plus facile de réaliser des changements dans un état modifié qu’en état éveillé ordinaire car le nombre de choix que l’on se donne est fonction de l’état de conscience.

L’état modifié change les limites qui sont présentes en état éveillé et va et viens entre différents état modifiés permet de faire évoluer son état d’éveil.

Inductions simples

– Transe formations –

L’idée avec l’hypnose, c’est de pouvoir ajouter à son répertoire suffisamment de techniques pour que les inductions fonctionnent avec tout le monde.
La base, c’est utilisé la synchronisation du tempo de la voix à la respiration du client.

Certains signes physiologiques accompagnent l’état modifié de conscience, comme le rythme de la respiration, la couleur de la peau, et en observant ces signes on peut faire ce qui est nécessaire pour les amplifier et guider l’autre vers un état modifié.

On se sert alors des éléments que la personne présente comme d’un feed-back sensoriel.


Quand on perçoit des cils de développement d’une transe, ça signifie que ce qu’on est en train de faire fonctionne. Si jamais aucun signe n’apparaît, c’est qu’il faut alors essayer n’importe quoi d’autre.

Synchro et guidage verbal

– Transe formations –

La synchronisation avec guidage verbal, et le fait d’incorporer des affirmations sensorielles vérifiables avec une affirmation non vérifiable.
Progressivement on peut utiliser ce principe pour orienter l’attention vers l’intérieur.
Du coup, on commence par quatre informations sensorielles externes et on n’en ajoute une qui soit orientée vers l’interne. On les relie par des transitions telles que “et” ou « comme ».


La suite consiste, annoncé moins d’affirmations vérifiables avec de plus en plus d’affirmations non vérifiables jusqu’à ce que l’état de transe soit bien établi.


Lorsqu’on utilise une affirmation non vérifiable, le présent progressif est une bonne solution.
Par exemple :

« et tu es en train de découvrir cet article qui commence maintenant à te rappeler… »

Quand une personne peut vérifier immédiatement ce qu’elle entend et ce qu’elle ressent, cela lui permet de modifier sa perception de l’environnement, et de commencer à changer d’état.


Tout le truc est de savoir quelle parti de la perception sensorielle ont choisi de mentionner.
Lorsque vous observez quelqu’un en train de faire quelque chose pendant que vous réalisez l’induction, vous pouvez incorporer cette action dans ce que vous êtes en train de dire afin de vous adapter au vécu la personne.


L’idée est alors d’obtenir le résultat le plus efficace en faisant le moins possible.


Si lorsque l’on fait des suggestions à une personne, on constate une inversion des signes du développement de transe, c’est que la suggestion n’était pas appropriée.


Lorsque vous formulez ce type d’induction une personne, vous pouvez utiliser des variantes dans les liaisons.
La plus commune, et la liaison « et », d’autres sont un peu plus fortes, comme « comme » ou « pendant que ».


Donc la procédure pour mettre quelqu’un en transe, et de proposer quatre éléments vérifiables pour le vécu la personne, et les relier par un état interne que vous avez lu proposer.


On augmente progressivement le nom d’affirmations orientées interne et on passe à des liaisons de plus en plus fortes.

Synchro et guidage non verbal

– Transe formations –

Lors d’un échange avec une personne, certains signes sont conscients et d’autres inconscients.
Une vision pratique consiste à considérer l’hypnose comme un feed-back.
Si vous pouvez identifier des messages hors du champ de conscience d’une personne vous pouvez lui renvoyer par des attitudes corporelles en miroir.
S’il s’en rend compte, c’est pas de bol. Sinon ces réactions inconscientes peuvent s’amplifier et devenir de plus en plus nombreuses tandis que les réactions conscientes ont diminué.

Lorsqu’on s’accorde sur une réaction inconsciente on peut commencer à l’amplifier et ensuite choisir d’aller vers un autre résultat.
Si vous synchronisez le clignement des yeux d’une personne petite qui vous pouvait l’amener à cligner des yeux plus souvent est amenée à carrément fermer les yeux un moment donné.
Pour ça, c’est pas la peine de parler, on s’accorde pour créer un rapport pur semer soi-même lentement dans un état modifié en vérifiant que l’autre suit.

Passer d’un canal de représentation un autre

– Transe formations –

Apparemment, nous disposons d’une perception consciente visuelle, auditive ou kinesthésique.

Ce sont les systèmes qui nous servent à nous représenter le monde extérieur, et les mots que nous employons pour parler de la perception indique le canal que l’on utilise consciemment.

Maintenant décrivez l’idée que vous faites un état modifié.

Ce qui est marrant ce qu’on constate souvent qu’une personne emploie un autre système pour le faire.
Autrement dit quand on connaît le système de représentation de quelqu’un en état normal, on peut se faire une idée assez précise de ce qui sera un état modifié pour lui.
L’idée de passer un autre canal en se servant de la synchronisation et du guidage verbal et non verbal.
Cela sert avant tout à entrer dans le modèle du monde de l’autre.

On dit d’une personne vers un autre canal, petit à petit on intègre les autres canaux pour construire une perception sensorielle complète.
En fait, le glissement d’un canal à un autre permet de créer une transition dans l’état de conscience qui permet de créer une expérience à une personne.

 

Retrouver un état de transe antérieur

– Transe formations –

Le plus facile, pour mettre une personne en transe et de lui demander, s’il a déjà vécu un état de transe.
Peut lui poser des questions détaillées pour que la personne entre dans l’expérience au ralenti car le contraire de donner un résultat trop superficiel.


Bien entendu quand on a d’autres techniques on peut ajouter un peu de saupoudrage par exemple.

Transe naturelle

– Transe formations –

Est-ce que vous avez déjà observé un enfant observé la télévision ?

C’est un moment idéal pour placer une suggestion afin qu’il range sa chambre.
Il s’agit là de transe naturelle par laquelle on passe au quotidien, comme on peut la vivre en lisant un livre passionnant, ou un super article sur Internet.
Dans ce cas la personne est comme ailleurs, est le seul lien qui est présent c’est la voix de l’hypnotiseur.


Ces états sont très pratiques, mais en se laissant trop facilement allaient à la transe à certains moments, on risque de ne pas conserver un état de conscience adaptée à l’apprentissage.

Par contre un état de conscience très modifiée, va mettre hors de portée des ressources conscientes qui peuvent être gênantes dans certaines situations.


Il n’y a pas vraiment de définition verbale appropriée pour définir ce qu’est la transe, les personnes très kinesthésiques vont avoir l’impression d’être en transe lorsqu’elles feront face à des images visuelles très nettes et colorées tandis que ça peut être quelque chose de parfaitement normal pour quelqu’un de très visuel.


L’idée c’est d’employer l’état modifié pour aider une personne à changer, et c’est tout ce qui compte.
Avec un peu de dextérité on peut obtenir naturellement des états modifiés sans qu’une personne réalise que l’hypnose a été employée.

Ancrer des états de transe

– Transe formations –

Un ancrage c’est la faculté d’un seul élément sensoriel à faire vivre une situation intégrale qui concerne tous les éléments sensoriels.
Un des ancrages que nous avons tous connus et de faire l’expérience de sentir une odeur, et de plonger dans un souvenir.

Vous pouvez créer un ancrage avec une personne afin d’éprouver à nouveau les sentiments que vous avez l’un pour l’autre au moment où vous déclenchez cet ancrage.
On pourrait demander à quelqu’un de décomposer sensoriellement quelque chose, en lui posant une question du type « quelle attitude auriez-vous dans une transe profonde ? »

Au moment où il dit que cela correspond, vous pouvait créer une ancre en touchant quelque part la personne pour créer un contact kinesthésique avec l’état qui est en train de vivre.

Incorporez ensuite les autres canaux, visuels, auditifs, on peut ancrer chaque élément de la transe.

Par la suite on peut réutiliser tous ces éléments même temps pour créer une expérience hypnotique pour la personne.

Vous pouvez utiliser aussi votre voix, votre comportement, les gestes, attitudes et expressions du visage pour les associer à un état de transe.

 

Inductions complexes

 

Effet de levier et interruption de séquence

– Transe formations –

Une induction par effet de levier, c’est quand on utilise un phénomène hypnotique pour atteindre un état modifié.
En général, produire une catalepsie donne la preuve à une personne qu’elle vit en état modifié de conscience, sauf si cette dernière habitude de se promener avec la main en l’air.


Par la suite on utilise le mouvement du phénomène hypnotique pour atteindre d’autres états modifiés.
En fait, lorsqu’on produit une catalepsie chez une personne, on propose la transe comme un moyen de sortir de cette position.
Dans ce cas-là, on permet à la main de redescendre avec des mouvements inconscients, et au lieu de se fermer en laissant venir un souvenir.


Demander à une personne de décrire ce qu’elle voit, les images, afin qu’elle ne fasse pas attention à son bras et qu’il puisse tenir tout seul pour former une réaction inconsciente.


Même si la personne le fait consciemment, rien ne vous empêche de ne pas l’utiliser exactement comme s’il faisait inconsciemment.

Une petite astuce, est de poser une question à une personne par rapport à un souvenir, et d’observer ses accès oculaires pour déterminer ce qui est en train de se passer dans son esprit, et de s’occuper du bras qui se trouve du même hémisphère que celui qui est utilisé pour le mouvement des yeux pour actionner une catalepsie facilement, car c’est la partie du cerveau qui gère l’autre partie du corps qui est activé avec les signaux d’accès.

Bon, tout ça sont simplement des principes qui visent à être le plus efficace possible mais il faut garder en tête que pratiquement tout est possible, et qu’il y a plein d’approches différentes.

Une autre manière d’induire une transe, est d’observer un mouvement automatique chez quelqu’un comme une poignée de main.
Il s’agit d’une séquence que l’on peut déclencher en tendant sa main, et en l’interrompant en plein milieu.
Une fois la séquence interrompue, on obtient le même effet de levier qu’avec une catalepsie.

Donc l’idée c’est d’observer des programmes automatiques et d’en interrompre un.

Les gens ont des programmes automatiques pour à peu près tout.

La différence entre un effet de levier et l’interruption de séquence réside dans le fait que dans un cas, on provoque un comportement inhabituel, et on crée une réaction désirée comme l’unique moyen de passer à autre chose, et dans l’autre cas on interrompt un geste répétitif et on fournit le programme pour sortir de cette interruption.


Alors la prochaine fois que vous croiserez quelqu’un, on pourrait essayer de lui tendre la main d’interrompre votre mouvement est de placer une suggestion à ce moment-là est terminée ensuite la poignée de main comme si rien n’était arrivé.

Car s’il n’y a pas d’instructions verbales, la personne à devenir consciente de ce qui est en train de se passer, en fait la réponse se trouve simplement dans le feed-back que vous donner.

L’interruption de séquence, est observable dans les sports de combat par exemple ou une personne repère les gestes de son adversaire pour les déclencher, il s’arrête en plein milieu conçu de faire quelque chose d’inattendu.

 

Surcharge

– Transe formations –

En général une personne possède 7 +/- 2 d’unités d’attention consciente.

On peut concevoir en même temps 7 branches, 7 feuilles, 7 insectes et la quantité d’infos qu’on peut traiter dépend de la taille de l’unité.
Qu’importe la taille, si l’attention consciente et sollicitée rien d’autre ne pourra être traité dans le champ de la conscience.

A un moment donné, une personne ne peut pas prendre en compte un élément supplémentaire.

Du coup si vous surchargez, vous pouvez transmettre des infos directement à l’inconscient.

Pratique n’est-ce pas ?

Brancher quelqu’un sur une expérience interne complexe afin que ses différents systèmes de représentation soient concernés, et là, vous proposer des suggestions qui passeront directement l’inconscient.

On peut désorienter quelqu’un pendant qu’on distraie sa conscience avec n’importe quelle tâche compliquée.

À ce moment-là on peut aussi proposer une transe encore plus profonde comme porte de sortie vers quelque chose de plus simple.

Une double induction est aussi quelque part une forme de surcharge qui « divise » la personne.

 

Empilage de réalité

– Transe formations –

J’étais assis sur la chaise de mon bureau, il discutait avec un ami quand j’ai commencé à parler d’une histoire que j’ai vécue en formation d’hypnose, à propos d’une anecdote que racontée l’un des formateurs, sur une séance qu’il avait vécue dans lequel il s’était aperçu que les personnes étaient plus tranquille quand il leur parle d’une voix calme et apaisante de tout ce qui lui passait par la tête…

Quand on enchaine les histoires, on surcharge la capacité d’une personne à suivre tous les détails.

Si on continue l’histoire en introduisant des messages inductifs il vous sera difficile de déterminer à quel niveau on fait référence.

Est-ce que je parle de la conversation avec l’un de mes amis, d’une formation que j’ai faite, ou encore de l’anecdote du formateur ?

Ou alors est-ce que je m’adresse directement à vous ?

L’esprit conscient tente de faire le tri, et pendant ce temps l’inconscient réagit.

 

Incorporation et gestion des abréactions

– Transe formations –

l’incorporation, c’est le fait d’intégrer un évènement significatif qui peut être inattendu, au vécu de la personne. Que cela soit interne comme une réaction importante du client ou externe comme une porte qui est en train de claquer est important d’intégrer pour garder le rapport avec la personne et rester crédible.

On peut aussi se servir de ce phénomène et le relier à une réaction désirée.

Des abréactions sont des réactions intenses et désagréables qui peuvent survenir en transe.

En fait, il est possible qu’une personne ait stockée quelque chose de déplaisant, dans un système de représentation qui est exclue de sa conscience.
L’inconscient retient ce qui pourrait submerger l’esprit conscient et la transe peut amener du mouvement là où il y avait quelque chose de statique et là Pouf !

La personne éclate en sanglots, et il est important d’accompagner l’émotion et de s’accorder à ce qui vient de se passer.
Les abréactions ne sont pas mauvaises en elle-même, mais il est important de trouver des expériences agréables très fortes au début du travail de transe, pour avoir un rapport positif avec l’inconscient de l’autre. Ainsi des souvenirs douloureux peuvent être stockés à part dans un endroit sûr, et une fois plus à l’aise dans l’état de conscience modifiée, ils pourront être traités de manière confortable.

Parfois les gens pensent que le changement ne peut pas s’effectuer sans douleur. Et il est possible que cela crée une résistance au changement justement, parce que personne ne sent pas de douleur.

En faisant la distinction entre les deux, on évolue quand même beaucoup plus facilement.

Finalement en hypnose, il est nécessaire d’avoir beaucoup d’outils pour obtenir des résultats variés. Et essayer des méthodes différentes pour atteindre les mêmes résultats.

Si on a suffisamment de méthode on n’y arrive toujours, avec un peu de souplesse et de subtilité, on peut commencer par quelque chose, observer ce qui se passe, et aller souplement vers un autre type d’indication si cela est nécessaire.

 

Utilisation des techniques

Instructions de procédure

– Transe formations –

Et maintenant qu’on a vu comment obtenir un état modifié de conscience, comment est-ce qu’on l’utilise ?

L’avantage avec la transe, c’est qu’on n’a pas se battre avec les croyances de son interlocuteur.
L’inconscient est prêt à essayer des tas de choses, tant qu’on lui explique la démarche à suivre.
L’état de conscience ordinaire émet un jugement sur ce qui est possible ce qui ne l’est pas, plutôt que d’essayer.
L’inconscient n’a pas les restrictions dues aux croyances limitées du conscient, qui réduisent ainsi ses capacités d’essais.
En poussant l’esprit conscient hors des sentiers on peut éviter les résistances, car on s’adresse directement à inconscient.
Lorsqu’on a mis quelqu’un en transe, on peut commencer par donner des instructions du type apprentissage au changement.
On appelle ça lors des instructions de procédure.
Lorsqu’on interrompt un geste automatique de quelqu’un pour le transformer en phénomènes hypnotiques, et qu’on lui propose un programme pour remplacer le geste interrompu, on réalise aussi une instruction de procédure.
D’ailleurs, un mouvement inconscient est souvent hésitant au début, est-ce que vous commencez par le poignet pour lever votre main consciemment ?
Un mouvement inconscient est généralement mouvement saccadé, dans lequel il y a des temps d’arrêts.
Généralement les instructions de procédures sont faites avec des mots vagues, et la personne va elle-même donner un sens a ce qui à été dit.

Lorsqu’on se synchronise avec une personne, et qu’on réalise des boucles de feed-back on peut observer la réaction à la résistance et elle devient aussi prévisible que tout le reste, du fait une acuité sensorielle accrue pour détecter les réactions inconscientes.

Lorsqu’on est capable de faire la différence entre ce qui est conscience qui n’est pas, et d’amplifier les réactions inconscientes alors on peut modifier l’état de conscience de quelqu’un.

Cela n’a pas d’importance que l’esprit conscient participe au processus, le plus efficace est de lui demander de s’occuper d’autre chose.

Afin qu’une personne réalise une action précise, il faut lui détailler comment faire avec son langage.
Un programme qui peut amener une personne à améliorée son estime d’elle-même peut-être déclenchée par ce type de phrase :
« je te propose de retrouver un souvenir désagréable dans lequel tu t’es aperçu que tu eus la pire attitude que tu pouvais avoir … Et en considérant ce souvenir et en ressentant à nouveau les sentiments et les sensations que tu as éprouvées à ce moment-là, ce dont tu ne t’ai pas encore rendu compte, c’est que sans souvenir désagréable comme celui-ci, tu n’aurais jamais rien appris d’important dans toute ta vie. »

En évoluant dans un domaine, on est programmé pour voir certaines choses et pas d’autres.
En même temps de développer des compétences cela établit des limites.
Voici une méthode générale pour créer des instructions de procédure afin qu’elle colle à vos besoins :
1) trouver une expérience passée marquante

2) revoir, réentendre ce qui s’est passé de manière précise pour en tirer de nouveaux matériaux

3) demander inconscient d’employer cette compétence dans des situations appropriées dans le futur

Pour apprendre quelque chose, il faut avoir une méthode et ensuite savoir où et quand l’utiliser.
Quand on a une idée générale des étapes, on peut donner des instructions en utilisant des modèles linguistiques hypnotiques, en veillant à laisser suffisamment de temps à la personne pour réagir.

Changement génératif : le rêve hypnotique

– Transe formations –

Un hypnotique n’est pas très différent d’un rêve ordinaire mis à part le fait qu’il n’y a pas besoin de ronfler.

Il en existe de nombreuses façons d’utiliser le rêve afin de modifier la réalité.
La première chose à faire de définir l’objectif qu’on veut atteindre.
Ensuite on peut se poser la question suivante, qu’est-ce qui permettrait à quelqu’un de mieux faire quelque chose ?

En formulant un objectif, il faut être précis car les mots sont perçus de façon tout à fait littérale en état de transe.
Les expressions idiomatiques sont comprises dans les deux sens.

On dit parfois qu’une personne nous cassait les pieds, on se retrouve avec des problèmes aux pieds.
Si vous parlez de porter le poids du monde sur vos épaules, vous éprouverez c’est certainement des douleurs dans le dos.

Alors qu’est-ce qui peut aider une personne à s’améliorer ?

La pratique, car lorsqu’on a suffisamment pratiqué (avec la bonne méthode) c’est un gage que l’on fait quelque chose correctement.

Sinon la pratique permet de s’améliorer.
Le rêve permet de trouver le déclencheur qui implique un mieux faire, et de bâtir une équation pour utiliser ce rêve et progresser.

Utilisation hypnotique du processus de généralisation

– Transe formations –

Comment construire un apprentissage à partir d’une série d’expériences ?

Si vous deviez faire vivre cinq expériences à une personne, qu’est-ce que vous utiliseriez pour la faire évoluer ?

Qu’est-ce qui sera vraiment différent pour elle dans son expérience vécue ?

Et de quelle expérience aura-t-elle besoin pour agir de cette manière ?

Tout le monde à des généralisations, par exemple sur l’apprentissage et cela a une incidence sur la façon dont on apprend l’hypnose par exemple.

Certains généralise le fait qu’ils réussissent tout ce qu’ils entreprennent.

Cela peut être fondé sur une série de succès, mais d’autres personnes ont besoin que d’une seule expérience pour bâtir une généralisation. C’est souvent le cas des phobies.

Pour faire évoluer quelqu’un, on peut lui proposer des expériences pour l’aider à construire une généralisation nouvelle et plus efficace.

Mais comment déterminer cette généralisation ?

Certaines personnes peuvent apprendre à d’autres accepter leurs limites pour être heureux.
Des fois ça marche très bien.
OK, je vous vois venir, vous êtes sûrement en train de vous dire mais qu’est-ce qu’il entend par être « heureux » ?

On va dire, il s’agit d’une expérience subjective kinesthésique dans lequel la douleur est absente et pour laquelle le système nerveux émet un signal qui permet de décrire que l’on apprécie ce qu’on a.

Si on n’est pas heureux dans sa propre vie, ça devient difficile d’imaginer ce qu’on peut faire pour aider quelqu’un d’autre à le devenir.
Un critère efficace sur lequel on peut évaluer son travail avec l’hypnose, c’est qu’au final le client soit plus heureux. Après il s’agit d’une éthique personnelle.

Certains se fixent la compréhension comme but, et alors les clients comprennent tout à fait ce qui ne va pas chez eux. Par contre, il n’arrive pas à s’en sortir ni être heureux.
Quand une personne vous raconte les origines de son problème, cela peut être très intéressant, mais vous pouvez lui demander pourquoi est-ce qu’elle vous raconte tout cela.
Si la personne veut changer, il n’y a pas besoin de savoir ça.

Je rencontre souvent des gens qui bâtissent un système entier, un modèle du monde qui leur permet de comprendre le pourquoi du comment mais qui au final ne les aides pas beaucoup.

Ici, ce qui nous intéresse, c’est de déterminer quelle expérience on peut servir à une personne pour qu’elle construise une généralisation utile.

On peut par exemple enseigner quelque chose à l’esprit conscient qui sert de contre-exemple pour l’une de ses croyances.

On peut aussi, crée un enseignement complètement nouveau qui ne remet rien en cause. Cela crée de nouvelle généralisation, c’est tout.
Alors dans un cas, on remet en cause l’ancienne généralisation, et dans l’autre cas on en crée une nouvelle. Ce qui est pratique avec nous les humains, c’est qu’on peut avoir plusieurs croyances incompatibles. Rien ne l’empêche.

On peut alors qualifier une nouvelle croyance pour éviter les généralisations et les limitations et bien que ça ne signifie pas qu’une personne saura quoi faire, il y aura néanmoins pas d’interférences quand elle le saura enfin.

Deux personnes peuvent s’affronter alors qu’elle s’aiment et oublier qu’il existe entre elles un lien qui donne un sens à leur vécu.

La recadrage sous hypnose

– Transe formations –

Ce chapitre du livre parle du recadrage et comme j’ai déjà consacré un article entier à ce sujet, j’ai choisit de ne pas le redévelopper ici.

Si toutefois cela vous intéresse, je vous invite à aller jeter un œil en cliquant ici pour accéder au résumé du livre “le recadrage” ou on traite en long, en large et en travers, les différents types de recadrages existants.

 

Et voilà ! on arrive à la fin de l’article, merci d’avoir lu, vous pouvez mettre un petit j’aime pour me faire savoir que cela vous plu, quand à moi, je vous dis à très bientôt !

Acheter : Transe-formations : PNL et techniques d’hypnose Ericksonienne sur Amazon

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

1 Comment

  • Hamid

    Reply Reply 15/10/2017

    Bonjour
    j’adore la pnl et l’hypnothérapie, et j’ai suivi quelques courte formations
    prière svp de m’informer à chaque article
    merci
    Hamid
    Alger

Leave A Response

* Denotes Required Field