Comment Optimiser Votre Créativité avec la PNL

La créativité est un élément essentiel de existence et vous vous êtes certainement retrouvé dans le genre de situation où vous deviez trouver une idée, une super idée même.

Que ce soit pour choisir un cadeau, préparer un repas, dessiner un meuble peut être ou encore trouver le sujet de votre nouvel article de blog, tout le monde s’est déjà retrouvé dans le cas où une idée serait la bienvenue mais malheureusement, elle ne vient pas.

Pire encore, certaines personnes pensent qu’elles n’ont pas de créativité mais quelque part, il en faut bien un zeste pour choisir ses vêtements le matin ?

Et si jamais on vous jette un seau d’eau, il va bien falloir imaginer et créer mentalement la trajectoire du jet d’eau, pour vous déplacer en fonction et éviter ainsi d’être asperger n’est ce pas ?

A l’opposé certaines personnes semblent avoir une créativité débordante, comme si les idées jaillissaient naturellement dans leur esprit, comme cela à pu être le cas pour Mozart par exemple, avec près de 630 œuvres musicales écrites en une trentaine d’années.

Sachent qu’on a tous en nous une part de créativité comme on vient de la voir, qu’est-ce qui fait la différence entre une personne qui trouve naturellement un flot d’idées, qu’est ce qui rend une personne proche de son imagination ?

C’est ce qu’on va tenter de voir dans cet article, pour ensuite en tirer un modèle de créativité que chacun va pouvoir s’approprier pour enrichir ou développer sa capacité à imaginer.

 

développer votre créativité

 

La créativité, une mouvement qui permet de générer des idées

 

Alors, pour commencer, essayons de comprendre ce qu’il se passe quand quelqu’un trouve des idées, que vous voyez un apprenti Dalí ou un mathématicien en quête d’un théorème.

Vous souhaitez vous (re)connecter avec votre part de rêveur/rêveuse ?

Okay, il y a quand une structure derrière le principe de la créativité, et aussi des tas de moyens de faire de chemin pour y parvenir.

 

Dalí expliquai que pour avoir des idées, il commençait d’abord par faire la sieste (bah oui c’est dans la culture Espagnole).

Mais attention, l’artiste ne se plongeai pas dans un sommeil profond, il se laissait aller dans un demi-sommeil, une sorte d’état particulier dans lequel des images apparaissaient, et elles semblaient s’assemblaient naturellement, pour créer des composition originale.

Il soutenait qu’après cette étape, s’il venait à s’endormir, il perdait tout ce qu’il avait imaginé, mais que s’il se relevait alors il conservait toutes ses idées, ce qui lui permettait de les mettre en pratique pour les réaliser.

En fait, Dalí décrit un état hypnotique lorsqu’il raconte ce processus.

C’est une façon de voir les choses et il y existe une quantité indéfinissable.

 

Quand on demande à un matheux comment il résout certains problèmes, la première chose qu’il répond est que ça n’arrive jamais lorsqu’on se trouve devant son bureau.

Ça arrive dans un moment différent, en dehors du travail, parfois lors d’une marche en forêt, et soudain POUF, c’est comme quelque chose qui vous foudroie et vous savez que vous êtes arrivé à trouver l’idée que vous cherchiez.

Ici ça ressemble à ce que décrit Mozart lorsqu’il raconte comment il trouve ses idées pour créer des œuvres musicales.

Mozart parle de ballades après le repas, dans lesquelles il chante des airs qui lui passe par la tête et que parfois, certains airs lui procurent des sensations agréables, alors, il sent qu’il tient quelque chose.

Par la suite, il cherche à faire correspondre ce qu’il a imaginé, qui lui procure de bonnes sensations, avec des instruments qui rendraient cette mélodie harmonieuse.

C’est à dire qu’après avoir imaginé, il met en relation le fruit de ses idées avec la réalité pour donner quelque chose de cohérent.

Quand tout concorde, alors il décide d’écrire tout cela sous forme de partition, de langage musicale et à la fin de ce processus, il décrit une sensation particulière en l’exprimant avec ces mots : “Tout ceci m’embrase l’âme”

 

Ce qui est intéressant dans ces exemples, c’est que des personnes dotées d’une imagination débordante ont décrient différentes manières de générer des idées, et parfois il semble que quelques traits soient communs dans ces descriptions, et c’est là que ça devient intéressant pour nous.

Qu’est ce qui se retrouve systématiquement dans ces différentes approches ?

Permettez-moi d’ajouter une touche énergétique pour nourrir cette réflexion.

En médecine chinoise, dans la théorie des 5 éléments, on distingue que chaque élément est précédé d’un autre en suivant un certain ordre et que par analogie, un élément est rattaché à un mouvement, et à une caractéristique psychique particulière.Les 5 éléments et la créativitéDe cette façon, on trouve le bois, le feu, la terre, le métal et l’eau qui se succèdent les uns aux autres.

Par analogie, le bois symbolise la mise en mouvement, suivi de l’expansion (feu), suivi de la fructification (terre), suivi du mouvement de rétraction (métal) et suivi enfin de la conversation (eau).

La marche est le mouvement associé à l’élément bois, et la créativité est associée à l’élément feu.

Avant que l’énergie n’aille au feu, il lui faut du bois pour faire le chemin.

Ainsi, dans cette dialectique, on s’aperçoit que le fait de marcher, et d’exercer un mouvement permet alors à la créativité de se manifester simplement et on retrouve donc nos amis qui trouvent leurs idées en marchant tranquillement.

 

Chez Dalí, le fait que ses idées lui viennent en faisant un “pseudo-sieste” provient peut être du mouvement qu’il exerce dans son esprit, le mouvement de son état de conscience qui active sa capacité à générer alors des idées.

Il y a d’autre composantes qui sont utiles de citer pour accompagner le mouvement de la créativité, voyons comment nous pouvons regarder cela au travers du prisme de la PNL.

 

Par quel principe peut-on développer votre créativité avec la PNL ?

 

La créativité est un processus qui implique le corps et l’esprit pour générer des idées, des combinaisons, des relations entre différents éléments qui n’ont pas forcément de rapport évident les uns avec les autres.

Cela implique d’avoir une certaine souplesse pour observer ces éléments sous des aspects, et des angles différents.

La modélisation est un principe d’analyse et de lecture de la communication qui permet de comprendre l’utilisation des ressources d’un individu, pour déceler le “comment” une personne arrive à faire ce qu’elle sait faire.

Avec cette approche, on peut modéliser ce qu’il se passe dans la tête d’une personne, reproduire ce qu’elle fait avec son corps, identifier les contextes qui sont favorable à l’expression d’une capacité et le mettre en relation avec un contexte ou cette expression n’est pas possible.

En d’autres termes, ça nous fait gagner du temps et nous permet de produire des résultats assez facilement.

Évidemment, quand on parle de modéliser une capacité d’une personne, le pourquoi elle agit avec cette capacité et ce qui constitue son identité lui appartiennent et n’entre pas dans le processus d’apprentissage vers une autre personne.

Finalement, la modélisation c’est créer une “carte” qui permet d’étendre ses capacités, et le soucis de savoir si la carte est vraie ou fausse importe peu, c’est plutôt dans l’efficacité de celle ci qu’on cherche à se concentrer.

 

La stratégie pour devenir plus créatif

 

Posture : Le corps et les épaules détendus, il est plus facile de générer des idées, la position du regard peut aussi avoir un impact suivant que vous cherchez des idées visuelles (regard vers le haut) ou des mélodies (regard sur les côtés, en direction des oreilles), vous pouvez aussi avoir la tête légèrement inclinée vers le ciel comme ces enfants à qui on dit qu’ils ont la tête dans les nuages.

Environnement : Accordez-vous un moment de tranquillité, pourquoi pas une marche digestive ou simplement une promenade.

Comportement : L’idée est de sortir de sa routine, de changer de contexte et d’exercer une mise en mouvement pour actionner votre esprit différemment, et laissez votre esprit flotter autour de cette idée qui vous tient à cœur, laissez venir ce qui doit venir et amusez-vous.

Capacités : Soyez attentif à la sensation que vous procure les différentes choses qui vous passeront par la tête et sentez ce qui vous touche, ce qui vous semble remarquable.

Croyances / Valeurs : Quand vous avez joué un moment et que ce qui vous est venu vous a plu, vous pouvez ramener à la réalité les fruits de votre imagination, en les faisant correspondre aux critères que doivent respecter la mise en pratique de vos idées et créer ainsi les ajustements éventuels pour avoir un tout cohérent.

Identité : Notez ensuite ce que vous avez vécu, vos idées, les combinaisons possibles, vous pouvez vous référer à des analogies, c’est à dire des choses qui semblent se calquer sur la même structure que vos idées. Par exemple, un être humain dispose d’os, de sang, de poils et par analogie, les terre dispose de pierres, de fleuves et de plantes.

 

Spirituel : A un certain niveau, vous pouvez alors sentir tout ce que vous avez fait comme vous reliant à quelque chose de plus grand, et éprouver une sensation agréable.

 

Comment appliquer la stratégie de la créativité

 

Comme nous venons de le voir, la stratégie proposée comporte différents niveaux, différents étapes et un certain contexte pour être appliquée correctement.

De plus, cela peut permettre de prendre du recule sur notre propre manière d’agir afin d’en ajuster les éléments nécessaires à développer ses capacités.

Concrètement, il est plus difficile en restant statique, figé derrière un bureau, et en créant un contexte d’obligation, d’amorcer la pompe à idées.

En effet, une personne très créative se sentirait bloquée dans de telles circonstances.

 

D’autres parts, la créativité est un processus qui comporte quelques étapes à savoir :

-S’imprégner de nombreux éléments, d’images, de sons, de sensations, afin de nourrir son esprit.

-Prendre du recule, changer de contexte, penser à autre chose et rester détendu tout en laissant naturellement venir les idées.

 

S’imprégner d’éléments signifie de laisser tomber les chemins pré-tracés et de simplement laisser venir des pièces d’un puzzle pour que plus tard il soit possible d’observer les relations qui existes entre ces pièces et créer quelque chose de différent.

 

Dans cette stratégie, il y a la notion de sensations, de ressentit vis à des idées générées.

Si ce n’est pas un ressentit, il vous faut néanmoins quelque chose qui vous permet de savoir si avec votre esprit vous faites quelques chose qui est en accord avec le but que vous souhaitez atteindre.

A ce stade il n’est pas nécessaire de juger ou se s’auto-critiquer.

Car le rêve ne s’occupe pas de savoir ce qui est juste ou pas, le rêve est comme un moyen d’ouvrir de nombreuses portes, vous verrait par la suite celles que vous souhaitez laisser ouvertes, ou fermées ainsi que celles que vous souhaitez emprunter.

 

Ce n’est que lorsque vous avez rêvé un certain moment, que vous avez ressentit le potentiel de votre imagination et laisser les idées venir à vous, que vous avez l’occasion d’émettre un jugement critique.

Un jugement vis à vis de ce que vous avez vécu, pour voir comment cela correspond à vos attentes, aux éventuels critères de mise en place de vos idées pour ensuite les mettre en pratique.

 

Une fois que vous avez appliqué vos idées, non seulement vous avez atteint un objectif mais en plus une sorte d’apprentissage s’est créer en vous, à la suite de cette lecture, je me demande comment vous allez vous approprier le contenu de cet article.

Si ce genre d’article vous plait, je vous invite à aller faire un tour sur le blog motive-toi.com pour lequel j’ai écrit un article invité dans la même approche que celui ci, sur la visualisation :

Clique ici pour découvrir comment développer la capacité de visualisation avec la PNL.

 

Ça y est on arrive à la fin, vous pouvez partager cet article avec vos amis et autres connaissances si vous pensez que ça va leur plaire. Ciao !

Leave A Response

* Denotes Required Field