Résumé : Milton Erickson « ma voix t’accompagnera »

Résumé de livre : « Ma voix t’accompagnera » Milton Erickson raconte

Voici un livre constitué de plus de 120 anecdotes très inspirantes pour mieux comprendre comment Milton Erickson fonctionnait avec ses patients en thérapie. De plus, on trouve un commentaire de Sydney Rosen à la fin de chacune des histoires afin de mieux pénétrer dans l’univers Ericksonien.

Recueil de contes et histoires de Milton Erickson, ce livre est composé par Sydney Rosen qui ajoute un commentaire à la fin de chaque histoire du livre pour comprendre comment le thérapeute fonctionnait.

Sommaire

1) Changer l’inconscient

2) Histoires motivantes

3) Faire confiance à l’inconscient

4) Suggestion indirecte

5) Dépasser nos limites actuelles

6) Recadrage

7) L’apprentissage par l’expérience

8) Prendre sa vie en charge

9) Retrouver l’œil innocent

10) Observer : Noter les différences

11) Traitement des patients psychotiques

12) Manipuler et regarder toujours l’avenir

13) Enseignement de valeurs et de l’auto-discipline

Comment ce livre se construit ?

Milton Erickson utilisait des histoires et des anecdotes pour passer des messages de façon indirecte à l’inconscient de ses patients. Ce livre en est un recueil. Certaines de ces histoires sont des anecdotes familiales et d’autres sont issues de son expérience en thérapie.

Ces histoires sont un bel exemple de l’art de persuader.

Les treize chapitres classent les histoires selon les thèmes présentés dans le sommaire. La particularité de ce livre est qu’il retranscrit des histoires nous permettant d’apprécier la comportement de Milton Erickson face à certaines situations, ainsi qu’un commentaire qui décortique la façon d’agir du thérapeute pour produire un changement. Il s’agit de Sidney Rosen un élève qui à suivit Milton Erickson durant les huit dernières années de sa carrière.

Quelle apprentissage peut-on tirer des histoires de Milton Erickson ?

Toutes ces histoires permettent se s’imprégner des comportements de Milton Erickson et de comprendre de quelle façon il travaillait. Le but est de se nourrir de ces histoires afin d’avoir une référence et de prendre conscience que nous nous limitons souvent face aux choix dont nous disposons pour agir dans notre vie.

Important

Afin de préserver le contenu du livre, et en donnant une idée de ce que l’on peut en retirer, cet article va présenter une anecdote inspirée du livre tout en gardant le message d’origine et en gardant l’idée de décortiquer par un commentaire chaque anecdote.

1) Changer l’inconscient

L’ouvrage commence par le récit d’une conversation entre Milton Erickson et Sydney Rosen, l’homme qui écrit les commentaires dans le livre.

Erickson commence par expliquer que l’essentiel de notre vie est régi par des processus inconscients. En effet, notre vécu nourrit notre conscient ainsi que notre inconscient. Lorsque quelque chose à de l’importance pour quelqu’un, cela modifie son inconscient.

L’issue d’un accompagnement en hypnose repose sur l’aptitude au changement, et il peut s’accomplir efficacement lorsque on centre son influence sur les schémas inconscients.

Le but, lorsque l’on raconte ces histoires, est donc d’amener quelqu’un à modifier sa façon de faire dans un domaine où il se sentait limité.

On peut dire qu’une pilule est avalée plus facilement lorsqu’elle est enrobée de sucre et une morale, lorsqu’elle est enrobée dans une histoire, suscite l’intérêt.

Les états hypnotiques, la méditation, la rêverie, sont des moments où l’apprentissage peut se faire facilement.

Dans ces moments là, l’attention est dirigée à l’intérieur, et une personne comprend les symboles et autres expressions de l’inconscient.

  • Comment ces histoires peuvent elles aider quelqu’un ?

Tout simplement car on peut s’identifier à ces histoires, et comprendre un message de façon indirecte de manière à utiliser les apprentissages inconscients.

2) Histoires motivantes

  • Intérêt de ce type d’histoire :

Dans ce chapitre, Milton Erickson partage des histoires descriptives du développement de l’enfance, comme reconnaître ses propre mains, apprendre à marcher afin de renvoyer un personne à l’image qu’elle avait de l’apprentissage lorsqu’elle était enfant. En effet, en soulignant le fait que lorsque l’on est enfant, apprendre à marcher semble très difficile, et que nous y arrivons pour la majorité, on fait passer le message qu’on à déjà réussi à franchir un obstacle en apprenant un nouveau geste petit à petit jusqu’à obtenir le bon résultat. En conséquence nous pouvons relever bien d’autres défis dans notre vie présente.

  • Exemple, « apprendre à marcher » :

Lorsque Milton Erickson eu la polio à 17ans, il considérait que c’était un avantage sur les autres. Alors qu’il ne pouvait bouger que les yeux et entendre, il a trouvé un passe temps, observer les autres. Il s’aperçut très vite que certaines personnes disent « oui » alors qu’elles veulent dire « non » et vice et versa.

Il observait aussi sa petite sœur qui apprenait à marcher. En effet, lorsque l’on apprend à marcher, cela semble terriblement complexe. On découvre que l’on peut tenir son poids sur les pieds mais que les genoux sont tremblant et qu’il y a un effort similaire à produire concernant les hanches.

Il faut prendre conscience qu’il est nécessaire d’écarter les pieds pour être stable. Il à fallut apprendre à garder des genoux raides ainsi qu’à tendre les deux hanches pour que toutes les jambes soient contractées en même temps. En s’aidant des mains, on peut se dresser alors sur ses pieds.

La prochaine étape consiste alors à son poids sur une main et sur les deux pieds. Il a fallut beaucoup de concentration pour se rendre compte que l’équilibre corporel peut être répartit en tournant la tête et le corps.

La suite de l’opération consiste alors à coordonner les changements d’équilibre dû au mouvement de la tête, de l’épaule, de la main et du corps. Et ensuite apprendre la même chose avec l’autre main.

Pour enchaîner, vint ce moment délicat où il fallut garder les deux mains levées et réussir à les bouger tout en gardant des jambes solides et les pieds écartés. C’est alors que l’on s’est aventuré à essayer sur un pied.

La suite à consisté à poser un pied devant l’autre, à réussir à s’asseoir et recommencer ces mouvements à volonté et sans tomber.

  • Note :

Cette histoire encourage le lecteur à régresser à un niveau enfantin et à démontrer qu’avec un effort conscient, on apprend un geste de base qui devient ensuite inconscient.

3) Faire confiance à l’inconscient

  • Intérêt de ce type d’histoire :

Le but est de montrer la confiance dans la mémoire à long terme ainsi que dans les connaissances inconscientes que l’on peut restituer après des années d’après Milton Erickson.

  • Exemple « sept étoiles » :

Un brillant étudiant en médecine répondit à son professeur qu’il n’était nullement inquiet pour l’examen lorsque celui lui posa la question.

L’élève poursuivit en disant, vous ne donnerez que dix questions qui sont…Et il les énuméra dans l’ordre.

Le professeur s’exclama : « Comment est-ce possible ? Vous avez volé le questionnaire dans mon bureau ? »

« Non, je savais seulement que vous demanderiez ces dix questions. »

Le professeur n’eut d’autre choix que de l’emmener voir le doyen pour une explication approfondit. Le doyen expliqua qu’il ne pourrait pas passer son diplôme et qu’il allait être radié de l’examen pour malhonnêteté s’il ne prouvait pas le contraire.

L’élève dit alors :

« Vous voulez que je vous prouve que je savais avant le professeur lui même, quelles seraient les questions de l’examen seraient probables ?

Allez chercher mon classeur de cours et vous constaterez qu’au questions probables, j’ai mis sept étoiles ainsi qu’un chiffre de 1 à 10 car le professeur ne pose que dix questions dans ses examens à chaque fois. J’ai sélectionné dix de ces notes sur lesquelles le professeur avait le plus insisté pendant l’année, la période de révision et à la fin de l’année pour faire mon choix. »

Il envoyèrent quelqu’un chercher son classeur et constatèrent des notes avec une, deux, trous, quatre, cinq, six étoiles. Il n’y avait que dix endroit avec sept étoiles qui étaient numérotées dans le désordre et 1 à 10.

Le doyen annonça :

« Vous n’avez pas à passer l’examen. Vous avez compris l’intérêt que le professeur avait pour ces points là. »

La communication est quelque chose de très important, la voix, l’expression du visage, les yeux, la posture, dévoilent une grande quantité d’informations.

  • Note :

Le professeur annonce de façon inconsciente ce qu’il désir que ses élèves sachent. Nous pouvons écouter ces messages inconscients. On peut également recevoir des messages en rêve. On peut littéralement être conscient des messages inconscients. Lorsque l’on induit un état d’hypnose suffisant pour avoir un regard mental, sur ce qui se passe, on apprend beaucoup plus que lors d’un effort conscient.

Milton Erickson souligne la nécessité d’utiliser son esprit à un niveau inconscient, même lorsqu’on l’utilise à un niveau conscient.

4) Suggestion indirecte

  • Intérêt de ce type d’histoire :

L’utilité de la suggestion indirecte permet de contourner les résistances à l’hypnose.

  • Exemple « cactus » :

Une fois, un alcoolique est venu voir Milton Erickson, le patient explique qu’il est alcoolique, ainsi que se femme, son père, sa mère et tous les membres de sa famille sont, alcoolique.

Lorsque qu’ Erickson lui demande quelle est son métier, le patient explique que lorsqu’il ne boit pas, il travaille dans un journal et que là, il est confronté à la boisson.

Le thérapeute lui suggère alors en ces termes :

« Je vais vous recommander quelque chose qui ne vous semblera pas être la bonne chose. Allez au jardin floral, observez tous les cactus et soyez émerveillé devant leur capacité à tenir trois années sans eau, sans pluie. Et surtout, concentrez vous bien. »

Un jour, une femme venu voir Milton Erickson lui dit :

« Je suis venu voir à quoi ressemble l’homme qui envoie un alcoolique au jardin floral pour apprendre à se passer de l’alcool et qui réussi. »

  • Note :

Voilà un exemple de suggestion indirecte qui s’applique de manière symbolique.

5) Dépasser nos limites actuelles

  • Intérêt de ce type d’histoire :

Afin de reculer nos limites, en se focalisant sur la tâche elle même, on peu s’approcher de la tâche sans se focaliser sur ses limites.

En second, on peut établir un schéma mental plus large et moins limité que le précédent.

On peut noter deux types de pensées :

-Convergente : les thèmes convergent vers un seul point.

-Divergente : Une idée se répand dans plusieurs sens comme les racines d’une plante.

C’est à dire envisager une situation dans sa globalité sans tenir compte des scores et se concentrer sur chaque « coup » pour que la question de la limite ne surgisse pas.

  • Exemple « les indiens » :

Une ethnie indienne du sud ouest de l’état de Chihuahua sont les seuls à pouvoir courir 150 kilomètres sans que leur pression artérielle ou que leur pouls n’en soit modifié.

En 1928, ils ont étaient conviés à participer aux jeux olympiques d’Amsterdam, et aucun d’entre eux ne furent classés. Il pensaient qu’ils leur fallait 30 km pour s’échauffer et personne ne les avaient prévenues que la distance à parcourir pour la course était de 30 km.

  • Note :

Lorsque l’on se trouve en difficulté ou à bout de force pour accomplir quelque chose, l’idée « je viens juste de m’échauffer » peut permettre de trouver encore un peu d’énergie pour continuer.

6) Recadrage

  • Intérêt de ce type d’histoire :

L’objectif est de voir comme source d’apprentissage tout ce qui nous arrive, de réussir à changer la signification que nous avons d’une chose qui nous atteint afin que cette dernière soit perçue comme constructive et nous permette de nous dépasser.

L’idée est de changer le point de vue sur une expérience afin qu’elle change de signification. De cette manière il est difficile de retourner à une vision précédente, plus limitée de la réalité.

  • Exemple « la mode des ongles » :

Une petite fille explique à son père qu’elle désire suivre la mode de l’école qui est de se ronger les ongles.

Son père lui expliqua qu’il pensait qu’il était important pour une fille d’être à la mode et qu’il lui fallait prendre cela au sérieux.

Ainsi, son père lui donna une montre et lui conseilla de mettre une alarme trois fois par jour, et de tenir le rythme pour être à la mode.

Elle démarra avec enthousiasme et peu à peu, la petite fille se mit à commencer plus tard que l’alarme et finit par arrêter.

Elle alla voir son père et lui dit :

« Je crois que je vais lancer la mode des ongles longs. »

  • Note :

En rejoignant la petite fille dans son idée, la « mode » est transformée en épreuve qui rend ennuyeux la conservation de ce comportement « à la mode » et encourage son abandon.

7) L’apprentissage par l’expérience

  • Intérêt de ce type d’histoire :

Le but est de montré que l’apprentissage par l’expérience est bien plus éducatif que l’apprentissage conscient.

  • Exemple « goûter à tout » :

Soucieux de la question du tabac et de l’alcool, un père a confronté très tôt ses enfants à des produits sans danger avec toutefois un aspect intéressant.

Ainsi, il présenta de temps à autre, une série de produits comme une jolie bouteille. Et quand un enfant demandait ce que c’était, il lui disait :

« Pourquoi ne sens-tu pas ? »

L’odeur de l’ammoniaque est très désagréable et les enfants ont appris à être prudent avec ce qu’ils mettaient dans leur bouche.

  • Note :

Donner aux enfants l’occasion de faire une expérience qui leur fera développer la capacité d’être prudent avec ce qu’ils mettent dans leur bouche, permet de leur laisser le choix d’utiliser des produits comme le tabac ou l’alcool une fois que la question se pose à eux.

Le père en question dans cette histoire se trouve être un des enfant de Milton Erickson.

8) Prendre sa vie en charge

  • Exemple «  boucher les trous » :

Un maçon tombé du quatrième étage devint paralysé en gardant l’usage de ses bras. Il alla voir Milton Erickson pour connaître une façon de sortir de cet état douloureux.

Ce dernier lui répondit qu’il n’y pas grand chose à faire mais qu’il pouvait toutefois colmater ses nerfs sensitifs.

Il lui expliqua :

« La vie va vous semblé ennuyeuse, vous pouvez demander à vos amis de vous apporter des livres comiques, des bandes dessinés et faire des découpages de BD et d’histoires drôles. Vous pouvez vous amuser à faire cela et chaque fois que quelqu’un viendra vous voir, vous pouvez lui offrir un album que vous avez confectionné. »

L’homme en question finit par confectionner des centaines d’albums.

  • Note :

Étant un travailleur dans le bâtiment, le patient s’y connaît pour boucher les trous. Milton Erickson l’à orienté vers une solution pour occuper sa vie. Il lui affirme que la vie va semblé ennuyeuse mais qu’il peut s’investir dans une activité sociale et ainsi devenir plus autonome et être capable de vivre en « dehors » de la douleur.

9) Retrouver l’œil innocent

  • Intérêt de ce type d’histoire :

Regarder les choses avec un œil nouveau, pour aborder les choses innocemment et se concentrer sur le moment présent.

  • Exemple « tour de magicien » :

Un magicien allait présenter un tour de passe à passe à des enfants. Et il tenait à ce qu’ils soient un peu éloignés de lui.

Il autorisa Milton Erickson à s’approcher et lui montra dans la pièce d’à côté, un lapin dans une boîte en carton. Erickson l’observait et il était sûr que le lapin était resté dans la boîte. C’était facile à voir puisqu’il n’y avait que ses deux mains à observer.

Lorsque le magicien réalisa son tour, il sortit le lapin de son chapeau, et Erickson s’aperçut que le magicien avait détourné son attention et avait glissé la lapin dans une des poche de son costume. Il n’avait pas vu le lapin se tortiller dans le vêtement.

L’homme tendit le chapeau pour montrer que le lapin était dedans. Un enfant assis un peu plus loin dans la pièce dit :

« Vous avez sortit ça de votre poche. »

10) Observer : Noter les différences

  • Intérêt de ce type d’histoire :

L’importance de l’observation est cruciale pour celui qui souhaite récupérer des informations. La prise en compte des différences dans certaines situations aide à provoquer une scène qui favorise un certain comportement dans le cas où une personne ne se montre pas coopérative.

  • Exemple « un tour de carte » :

Un sujet de Milton Erickson lui disait :

« Je n’aime pas faire ce tour de carte, car il me donne la migraine, mais je pense qu’il faut que vous le connaissiez. »

Il poursuivit :

« Achetez un jeu de carte, retirez les cartes supplémentaires et les jockers, battez-les sept fois, coupez et rabattez-les. Retournez-les face visible reprenez-les, mélangez encore et distribuez-les face cachée. »

L’homme annonce alors les cartes dans le bon ordre avant de les retournées.

L’homme explique ensuite que lorsque l’on achète un jeu neuf, sur le dos, il y a des entre-lignes qui se recoupent et forment des carrés qui sont irrégulier. Il lui suffit alors de se souvenir qu’il manque un morceau à tel et tel endroit et mémoriser les 52 cartes. C’est un long entraînement pour arriver à ce résultat et il obtient toujours un migraine à la fin du tour.

Ce tour lui permis de se faire un peu d’argent alors qu’il faisait ses études.

Les gens sont capables de faire des choses surprenantes mais ils n’en sont pas conscient la plupart du temps.

11) Traitement des patients psychotiques

  • Intérêt de ce type d’histoire :

Milton Erickson explique qu’il ne cherche pas toujours à tous les problèmes des patients psychotiques. Il essai seulement d’obtenir des petits changements qui mèneront à des changements plus importants par la suite.

Il raconte que là où certains essaies de placer une histoire où de faire avoir un raisonnement au patient, il ajoute un élément inattendu afin de crée des situations qui pousseront une personne vers le changement.

  • Exemple « les deux Jésus-Christ » :

Milton Erickson plaça deux patients qui affirmaient être Jésus Christ sur un banc l’un à côté de l’autre.

Il leur demande chacun leur tour d’expliquer à l’autre qu’il était le vrai Jésus Christ.

Comme ils n’arrivaient pas à se mettre d’accord, Erickson dit :

« Je crois bien que l’un d’entre vous est fou, il n’existe qu’un seul Jésus Christ. »

Un des patients médita sur cette phrase durant une semaine et dit :

« Je dis la même chose que ce fou. Il est cinglé et je dis comme lui. Je dois être fou moi aussi et je ne veux pas être fou. »

Erickson lui répondit :

« Je pense que vous n’êtes pas Jésus et vous pensez ne pas être fou, venez je vais vous faire travailler à la bibliothèque du service de l’hopital. »

La patient alla voir un jour le thérapeute en lui expliquant qu’il avait remarquer que son nom James Burton était marqué dans chaque livre, à chaque page.

Milton Erickson reconnu ce qu’il disait et lui dit que l’on pouvait aussi trouver le nom de Milton Erickson dans chaque page, ainsi que chaque personne à qui on penser.

James conclut :

« Ces lettres n’appartiennent pas à un nom, elles appartiennent à ce monde ! »

Six mois plus tard, cette personne fut libérée de ses identifications psychotiques.

  • Note :

La méthode utilisée permet à James de découvrir lui même que ses idées n’ont pas de sens. En faisant remarquer que leur deux noms se trouvaient dans chaque pages, Milton Erickson reflète le comportement du patient afin que le patient puisse observer son comportement de l’extérieur.

12) Manipuler et regarder toujours l’avenir

  • Intérêt de ce type d’histoire :

Il s’agit de blagues et d’histoires drôles qui sont de modèles qui rendent compte des structures de la thérapie Ericksonienne.

Milton Erickson avait un but précis en tête, il connaissait le dénouement de l’histoire contrairement au patient. Le but étant de crée de la surprise pour briser un schéma mental rigide.

  • Exemple « Dorothée » :

Un jour, un des fils de Milton Erickson écrivait à ses parents et conclut en disant :

« Je termine ma lettre, je dois rencontrer Dorothée. »

Apparemment, il avait un secret et ses parents avez mieux à faire que de lui demander qui était Dorothée.

Chaque semaine, il écrivait en faisant une allusion à Dorothée.

« J’ai dîné avec Dorothée. » ; « Je vais téléphoner à Dorothée. » ; « J’ai acheté un pull que Dorothée aimerait bien. »

Simultanément, il écrivait à ses grands parents également en disant :

« Je devrais vous envoyer des photos de Dorothée. »

Tandis qu’à ses parents il écrivait :

« J’espère que grand père et grand mère vont aimer Dorothée, pour vous je sais qu’il n’y aura pas de problème. Je vais faire en sorte qu’ils puissent rencontrer Dorothée, j’irai chez eux pour Thanksgiving. »

Le jour de Thanksgiving, il ouvra la porte et son grand père lui demanda où était Dorothée.

Il lui affirma qu’elle n’était pas habillée correctement et qu’elle était dehors.

En sortant, on vit une boîte assez grande, on lui demanda de l’ouvrir et une dinde qui s’appelait Dorothée en sortit.

Son grand père et sa grand mère ont beaucoup aimé Dorothée. Le mystère à durer pendant six mois.

Ne faites jamais confiance aux Erickson.

13) Enseignement de valeurs et de l’auto-discipline

  • Exemple « ordures » :

Certains enfants ont peu de mémoire. Un jour, un des enfants de Milton Erickson annonça qu’il était assez grand pour sortir les poubelles tous les soirs.

Quand son père lui exprima ses doutes, il se défendit et son père finit par conclure :

« D’accord, tu commencera lundi. »

L’enfant sortir les poubelles lundi, mardi et mercredi il oublia.

Le jeudi, son père le lui rappelai et vendredi et samedi il oublia à nouveau.

Le samedi, son père à joué avec lui a des tas de jeux et lui fit une faveur spéciale, il lui permis d’aller se coucher aussi tard qu’il le voulait.

Vers 1heure du matin, l’enfant dit qu’il se sentait fatigué et qu’il allait se coucher.

Milton Erickson est allé le réveillé à 3h du matin en s’excusant de ne pas lui avoir rappelé qu’il devait sortir la poubelle et lui demanda s’il voulait bien enfilé son pyjama pour le faire.

Ce que l’enfant fit avec réticence puis il retourna se coucher.

De nouveau endormis, son père le réveilla à nouveau. Il s’est excusé de nouveau et lui affirme qu’il n’avait pas vu qu’il y avait une deuxième sac poubelle à sortir et s’il pouvait s’habiller pour le mettre dehors.

L’enfant mis son pyjama, vérifia qu’il n’y ai plus d’autres sac poubelle, et que le couvercle avait était correctement remis.

Depuis ce jour, il n’a plus jamais oublié de sortir la poubelle.

 

Acheter : Ma voix t’accompagnera raconte sur Amazon

(Je précise que ce lien est un lien d’affilié, ce qui signifie que si vous achetez en passant par ce lien, je toucherais un petit pourcentage sans que cela n’affecte le prix d’origine du livre, merci d’avance si vous passez par ce lien:)

Les points positifs :

  • La construction et la pédagogie du livre sont très bien, on intègre bien la logique et le pourquoi des situations.
  • Les commentaires sont pertinents et on découvre comment les techniques thérapeutiques sont utilisées.
  • La variété, il y a plus de 120 histoires et anecdotes toutes aussi intéressantes les uns que les autres.
  • Le livre se lit très vite, on rit et on apprend en même temps.
  • Le styles d’histoires sont variés et tout le monde peut y trouver quelque chose, le thérapeute comme le curieux.

Les points négatifs :

  • Lorsque l’on commence on n’a plus envie de s’arrêter 🙂

Conclusion :

L’œuvre ouvre l’esprit, donne les exemples de techniques d’hypnose en application tout en rendant accessible l’univers de Milton Erickson. C’est un vrai bonheur qui peut inspirer un thérapeute, un enseignant, des parents ou simplement des personnes qui s’intéressent au comportement humain.

On découvre que les gens fonds des choix en fonction des options qu’ils ont à leurs disposition. On comprend aussi l’impact qu’un récit, une histoire, une anecdotes peut avoir sur chacun de nous à un niveau inconscient. Un livre excellent que j’ai fort apprécié.

Leave A Response

* Denotes Required Field