Le pardon, un regard sur le passé pour aller vers l’avenir

Dans cet article sur le thème du pardon, vous allez découvrir les choses suivantes :

  • Comment reconnaitre le pardon ?
  • Revoir le présent avec un symbole du passé
  • Au delà des maux

 

Avant de commencer, prenons quelques instants pour contextualiser cet article.

En effet, je participe à un évènement inter blogueurs sur la thématique du pardon, organiser par Pascalle Fraisse, du blog azendream.fr.

Sur cette page, vous pourrez découvrir les autres articles écrits par d’autres blogueurs sur la thématique du pardon, organiser sous forme de petits résumés avec à chaque fois, un lien qui vous conduira vers l’article complet.

Maintenant pardonnez-moi mais il est temps de passer à l’action !

le pardon et l'hypnose

Comment reconnaitre le pardon ?

– Le pardon –

Avant de vous proposer un regard sur le pardon, il me semble judicieux de poser quelques bases.

En effet, je pourrais commencer par vous parler du pardon, mais j’aimerais d’abord présenter selon moi, dans quel contexte on peut pardonner.

Car même si le pardon est quelque chose qui semble aller de soi, je crois qu’il peut prendre une quantité de formes différentes lorsqu’on y regarde de plus près.

Comment reconnait-on une situation favorable au pardon, une situation dans laquelle pardonner apporte quelque chose de positif.

C’est pourquoi, rien que pour vous, j’ai fait une recherche sur la définition que vous trouverez juste en cliquant ici.

On découvre alors qu’il y a souvent une connotation religieuse au pardon lorsqu’on lit les définitions, et pourtant, on peut avoir d’autre idées en tête, images ou souvenirs lorsqu’on pense à ce mot.

Pardonner peut signifier pour une personne, revoir son jugement vis à vis d’une situation passée, comme pour réécrire une partie de l’histoire afin d’avoir un impact sur le présent.

Intervient alors la notion de temporalité dans le pardon, ça commence à me plaire.

Je m’interroge…

Qu’est ce qui rend un contexte propice au pardon, et comment le reconnaitre lorsque celui-ci se présente à nous, tandis que nous avons tous des références différentes sur ce sujet ?

Je propose l’angle suivant : quand une personne ne sent fragile vis à vis d’une chose liée au passé, un évènement, une personne, une expérience, un peu comme si il s’agissait d’une blessure encore présente et qui remonte à la surface la chose en lien est évoquée.

Et cela peut encore aller plus loin,

Quand une personne tente d’atteindre un objectif, et qu’elle se sent entravée par quelque chose, comme si une main la tirée dans le sens opposé,

Et cela peut encore aller plus loin,

Au moment ou le temps à fait son œuvre, pour produire le recule nécessaire afin de créer le sentiment qui dit “ça y’est je suis prêt à passer à autre chose”,

Et cela peut encore aller plus loin,

Quand le vent souffle au printemps, que les journées s’éclaircissent de plus en plus pour aller vers l’été et pardonner à l’hiver, comme un lâcher prise qui permet au mouvement naturel des choses d’avoir une certaine continuité,

Et cela peut encore aller plus loin,

Revoir le présent avec un symbole du passé

– Le pardon –

On peut imaginer le pardon sous plein de couture, et c’est seulement une d’entre elle que je vous propose ici, d’après une petite expérience que j’ai faite, spécialement pour vous.

En effet, il s’agit d’un blog sur l’hypnose, alors j’ai descendu en rappel le long de la frontière de l’inconscient pour aller voir ce qu’il se passait lorsqu’on aborde le thème du pardon, et vous allez voir, je n’ai pas été déçu.

Laissez-moi vous raconter cette histoire.

Je suis assis, la tête penche vers l’arrière, et quelque chose la retient en avant, ce n’est pas la position la plus confortable mais je parviens à une certaine stabilité.

J’ai décidé de me laisser porté par mon inconscient en donnant le minimum de consignes pour vivre l’expérience.

Les yeux fermés, la tête penchée en arrière, assis sur un fauteuil, la bouche commence à s’ouvrir. Je m’apprête à faire une expérience sur le thème du pardon et symboliquement, une scène se développe dans mon esprit duquel je sens la partie frontal active.

J’ai comme l’impression que quelque chose pousse au travers de ma tête, en fait, c’est comme un arbre qui émerge de ma bouche, quelque chose avec des racines profondément ancrées qui sort progressivement des profondeurs de moi même.

C’est alors que cette partie végétal se détache de moi même, vient se positionner face à moi, débout, sous la forme d’un vieil arbre à forme humaine qui possède les traits de mon visage.

Ca y’est mon inconscient s’est présenté et nous voilà prêt à vivre une aventure pour changer le présent.

Je demande alors à mon inconscient de choisir un point important qui peut être rejoué, pour améliorer mes relations avec les autres.

Quelque chose qui me serait resté en travers de la gorge et qui aurait pu être interprété de manière différente, comme un apprentissage plutôt qu’une rumination.

L’arbre prend soudain la forme d’une personne connue, une personne qui m’a causé du tort dans le passé.

Je sens qu’elle s’approche, et que son souvenir est encore douloureux.

Un peu comme lorsqu’on vous pose la main sur un plaie qui n’est pas cicatrisée.

Là c’est sure, on a mis le doigt sur un chose sensible, une chose qui mérite d’être pardonné d’une part vis à vis de moi même et d’autre part, vis à vis de l’autre personne.

Après quelques instants, nous échangeons un regard, et puis la sensation désagréable qui accompagnait la scène commence à s’estomper.

La femme qui m’a causé du tort commence à changer, ou plutôt je commence à changer.

Progressivement sa vue me devient indifférent et la charge émotionnelle qui l’accompagnait diminue au fur et à mesure.

A un certain moment, l’image se stabilise.

Elle est là, devant moi, en silence.

Elle prend conscience de ce qui vient de se passer, rit en montrant le lien qui nous relie encore.

Une épaisse racine qui se cintre autour de ma taille.

La racine de plusieurs centimètres de diamètre se dissout et se transforme en cendres, soudain ma respiration se fait plus profonde.

La personne face à moi cherche à s’approcher de mon corps, pour le toucher, comme pour réactiver une ancienne douleur, mais je suis insensible a son contact.

Finalement, j’ai la sensation que l’image si net et douloureuse du passé, devient plus distante, tout en étant toujours présente. Comme si on séparait deux feuilles de papier pour qu’elle n’appartiennent plus au même plan.

Cette personne devient de plus en plus transparente, me fait un signe d’au revoir et je passe ma main au travers.

Tout à coup il n’y a plus rien et je prend conscience que la situation n’était réelle que dans mon esprit.

Sa présence et sa force avait été soutenue par un pilier de pensées placées à la va vite pour soutenir une expérience passé et l’envoyer dans la salle des affaires classées de mon esprit.

Je sens un flot d’énergie dans mes poumons, une respiration plus intense, et l’arbre qui était sortit de ma bouche retourne là d’où il vient.

Mais ce n’est pas finit, il m’a fallut un effort considérable pour redresser la tête, comme si le changement de position venait affirmer un changement qui venait de se réaliser.

Je lève les paupières et retrouve des sensations plus conscientes, après avoir pardonné à quelqu’un pour quelque chose qui n’était présent qu’en moi même, alors peut être que finalement j’ai seulement pardonné à moi même.

Au delà des maux

– Le pardon –

A travers cette vision métaphorique du pardon, plusieurs point sont soulevés.

Premièrement, le fait que pardonner peut signifier, revoir le lien qui nous rattache à quelque chose de douloureux.

Pour s’en défaire, ou peut être pour reconstruire quelque chose de plus adapté au moment présent.

Un lien avec une expérience peut être utile à un moment donné, et avec le temps se trouver obsolète, et à ce moment là on peut envisager une révision du lien.

Il est possible qu’un temps soit nécessaire pour digérer avant d’être prêt à pardonner.

Nous retrouvons la notion de temporalité comme nous l’avons évoqué au début de cet article.

Deuxièmement, la sensation produite par l’objet du pardon tend à évoluer et à se modifier, pour prendre un caractère nouveau.

Ce caractère modifie alors la sensation initiale pour atteindre une position plus détachée, comme si tout avait été dit.

Troisièmement, le fait de pardonner permet de récupérer une portion d’énergie qui servait à maintenir une structure intérieur (l’objet du pardon) car des émotions ont été libérées.

Quatrièmement, la force du pardon est efficace quand on le valide rapidement pour confirmer ce qu’il s’est passé à l’intérieur. Comme pour l’exprimer et le faire circuler également à l’extérieur.

Nous voilà arrivé à la fin de cet article, j’espère que vous avez trouvé ça cool, et pardonnez-moi pour les fautes d’orthographe, à bientôt !

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    2 Comments

    • network marketing leads

      Reply Reply 19/05/2017

      Hi, I do think this is an excellent website. I stumbledupon it 😉 I am going to revisit yet again since I saved as a favorite it. Money and freedom is the greatest way to change, may you be rich and continue to help others.

    Leave A Response

    * Denotes Required Field