Comment gérer ses émotions ? Extrait Ebook Autohypnose

Gérer ses émotions, un facteur capital pour notre bien être

Vous est-il arrivé un jour de ressentir quelque chose à l’intérieur de vous, avec un certaine intensité, quelque chose qui vous traverse et qui était lié à une situation que vous étiez en train de vivre, et pourtant…

Cette sensation, qui est sensé vous traverser, avoir une certaine fonction et produire un certain effet, a pu rester intériorisée, refrénée, ou générer de la rumination par la suite.

Le hic, c’est que lorsqu’on ne sait pas se servir de ses émotions, les comprendre, les nommées et vivre avec dans le présent, on risque d’avoir des soucis, de ne pas se sentir très bien et même à terme, de faire des somatisations.

C’est la raison pour laquelle nous allons tenter de mettre un peu de clarté dans cela, à travers cet article qui est l’extrait d’un livre que j’écris, qui a pour but d’apporter des outils concrets pour pratiquer une forme d’auto-hypnose, et dont la gestion des émotions et un de piliers développé dans l’ouvrage.

L’auto-hypnose dispose en effet d’un aspect technique, mais ce ne sont que des outils qui permettent d’aller explorer en profondeur ce que nous pouvons être, comment nous pouvons évoluer, nous transformer et comment avoir de meilleurs relations sociales avec son environnement.

Puisque l’hypnose sert à amener du mouvement sur des aspects de notre vie, de facettes de nous même, et que l’étymologie du mot émotion  se rapporte au mouvement, il est important d’aller voir comment cela s’articule, comment cela peut être vécu de différentes façons, ou être regardé sous différents angles.

Je vous souhaites un bonne lecture de ce petit extrait basé plusieurs heures de recherches sur le sujet.

Les émotions, tout simplement

-Les émotions…. je me demande bien à quoi ça peut servir, et qui nous a mis cette malédiction !

-Mais non voyons, les émotions sont l’expression même de la vie !

-Ah oui ? Si c’est ça la vie, avoir les mains moites, la gorge serrée et faire de la tachycardie dès qu’on aperçoit quelqu’un qui nous plaît…

-Tu oublies la joie, se sentir amoureux…

-Et être jaloux et aussi envieux !

On peut continuer comme ça longtemps, et quelque part, les deux points de vues sont justes.

Chercher à être heureux, est peut être la quête d’un état émotionnel ?

Tandis qu’être malheureux peut se présenter par le tourment lié à des émotions sombres ?

Que ne fait-on pas « sous le coup de l’émotion » et qu’évitons-nous lorsque nous sommes attentifs à nos émotions et celles des autres ?

Je pense qu’on peut dire que les émotions sont dotées d’une certaine force, et qu’elles influencent nos choix, notre santé ou nos relations.

Alors, pour parler d’un sujet aussi vaste, nous allons aborder différentes façons d’interpréter les émotions, puis chaque émotion que je qualifie d’élémentaire ou fondamentale va être traitée pour apprendre à la reconnaître, expliquer son utilité, d’aborder comment elle influence nos prises de décisions ainsi que différents conseils pour mieux vivre avec.

Il y a émotions et émotions

Aldous Huxley dans son célèbre livre « le meilleur des mondes » à imaginé un monde dans lequel on cherche à bannir les émotions désagréables ou trop intense, même l’amour à l’aide d’une gélule.

Certains apprécieront l’idée et d’autres la repousseront.

En fait, cela va dépendre d’une chose, de comment vous considérez vos émotions ?

Est-ce qu’elle vous empêche de réaliser certaines choses et sont comme des poids que vous traînez, ou bien sont elles de puissantes alliées ?

J’ai connu une personne une fois, qui sursautais facilement, ses relations sociales lui causaient souvent de la souffrance, et il tombait amoureux dès qu’il commençait une relation.

La moindre étincelle de stress le faisait bafouillé.

Certains diront que ce n’est pas très « cool », n’est-ce pas ?

Pierre est une hypersensible, il ressent ses émotions avec grande intensité.

Pour Pierre, est-ce que le livre de Huxley est le monde qu’il lui convient ?

Finit le découragement, la jalousie, les bafouilles et l’embarras quotidien !

Par contre l’autre revers de la médaille c’est qu’il deviendrai certainement indifférent, aurai du mal à émettre un jugement, il deviendrai peut être même inactif et aurai des comportements risqués.

Toujours pas cool, mais comment être certain qu’il en serait ainsi ?

Philippe est marié, il est apprécié dans son entourage, possède une maison à crédit, joue aux échecs le week end et à même un chien, la vie rêvée.

Seulement, Philippe est toujours légèrement souriant, et ce, même lorsqu’on tente de le mettre en difficulté avec des questions embarrassantes.

Il y a peu, sa femme l’a quitté comme un malpropre et sa vie à commencée à devenir un peu moins « cool ».

Avec sa facilité à se lier aux autres sans discernement, Philippe à été en réalité utilisé par ses relations sociales qui ont profité de lui.

Le pire c’est que Philippe le sait, mais Philippe conserve pourtant le même petit sourire qu’autrefois.

Qu’est-il arrivé à Philippe ?

Il n’éprouve plus d’émotions…

Et de ce fait, il a du mal à reconnaître l’état émotionnel des autres, et il commet des erreurs, et manque parfois de tact.

Quelque part, les émotions désagréables sont aussi nécessaires n’est-ce pas ?

Mais ça ne nous renseigne pas sur ce qu’est une émotion ?

On y viens justement.

Émotion, une définition parmi d’autres…

Là on se lance dans du lourd, car définir ce qu’est une émotion c’est plutôt coton.

Essayez vous même de demander à votre entourage ce qu’est une émotion, vous allez vous régaler.

Qu’est ce qui est une émotion et qu’est ce qui n’en est pas ?

Quelle place on donne aux sentiments, humeurs ou à la passion ?

Savez-vous qu’on a gardé une définition en France du dictionnaire de Furetière qui date de 1690 :

L’émotion est un mouvement qui agite le corps ou l’esprit, et qui en trouble le tempérament. La fièvre commence et finit par une petite émotion du pouls. Lorsqu’on fait des exercices violents, on sent l’émotion dans tout le corps. Un amant sent de l’émotion à la vue de sa maîtresse, un lâche à la vue de son ennemi.

Si on l’a conservée, c’est qu’elle contient des caractéristiques précises avec lesquelles on définit une émotion aujourd’hui, à savoir :

-L’émotion est un mouvement (en anglais on dit « motion » pour mouvement, le mot à la même racine) c’est à dire qu’à un moment donné, on est ému, alors qu’avant on ne l’était pas.

-L’émotion comprend un phénomène physique, comme le cœur qui s’accélère, il y a donc une dimension physiologique de l’émotion.

-L’émotion agite l’esprit, change nos pensées, et donne une dimension cognitive à l’émotion. Elle trouble ou supporte la raison.

-L’émotion est une réaction à une événement, et bien des situations peuvent nous déclencher des émotions en plus de la vue d’un amant ou d’une maîtresse.

-L’émotion induit un aspect comportemental qui nous pousse à agir en allant vers ou en évitant ce qui se présente.

Pour résumer, l’émotion c’est une réaction soudaine de l’organisme, cela englobe à la fois le corps, l’esprit et les actions.

Quand au nombre d’émotions là aussi c’est assez drôle lorsqu’on se documente sur le sujet, selon le théories on peut en dénombrer 6 (C.Darwin), ou 16 (P.Ekman), et d’autre pensent qu’il y en a une infinité et que cela dépend de l’endroit dans lequel on vit.

La médecine traditionnelle chinoise parle de 5 émotions de bases que l’on peut étendre à 7 (7 correspond au nombre d’orifices que le cœur contient).

A votre avis, ressent-on les mêmes émotions, selon qu’on habite à Lille, Bangkok, New York ou Conakry ?

Mais avant de chercher à les dénombrer, nous allons explorer 4 théories qui cherchent à les expliquer.

Quatre, car je crois qu’il est toujours intéressant d’avoir plusieurs explications, issues de différents courant pour parler d’une même chose, et que tous peuvent être complémentaires, se recoupés et que c’est sain de pouvoir remettre en question chaque théorie avec laquelle nous sommes habitués de fonctionner depuis très longtemps.

4 perceptions différentes de l’émotion

1- « Nous avons des émotions car c’est génétique. »

 

C’est le point de vue des évolutionnistes, et ils prétendent que ce fonctionnement nous à aidé à survivre et à perpétuer l’espèce, c’est pourquoi ce mode à été sélectionné.

Les évolutionnistes présentent différents arguments pour expliquer leur thèse :

Les émotions nous ont déjà sauvées, comme le désir nous pousse à choisir un/une partenaire ou la peur nous pousse à fuir un danger.

Les singes ont aussi des émotions, ils peuvent devenir rivaux et se réconcilier.

Un bébé éprouve des émotions, colère et peur apparaissent à une âge précoce (on dit que la joie survient à 3 mois et la colère à 6). Peut être est-ce là le signe d’une expression liée à notre code génétique ?

Quand on parle des évolutionnistes, on fait souvent intervenir une vision « chasseur-cueilleur » qui représente 99% de notre histoire et nombre de nos caractéristiques sont issues de ce mode de vie quasiment disparu de nos jours.

 

2- « Nous avons des émotions car notre corps à des émotions »

 

Le psychologue et philosophe Américain William James (1842-1910) énonce cette théorie en disant « l’émotion c’est la sensation ».

Pour lui, le fait de sentir trembler produit de la peur, par exemple.

Cela semble un peu déroutant au premier abord, mais lisez plutôt ces observations qui penchent vers lui.

Dans certaines situations, comme lorsqu’on évite un accident, on ressent de la frayeur après-coup, et on réagit d’abord physiquement (réaction due à l’adrénaline) avant que ne se déclenche l’émotion.

D’autre part, sans sensations dans le corps, les émotions seraient vides de contenu, et notre esprit est informé de la présence d’une émotion pour nous donner une impulsion afin de faire un choix.

On s’est aperçu que les yogi proposent de garder constamment un léger sourire, et on sait aujourd’hui que l’expression du visage provoque des réactions physiologiques en produisant les humeurs correspondantes aux expressions.

Même si cela est vrai, l’influence est modeste et un sourire ne jouera qu’un rôle mineur pour agir en cas de dépression, même si cela peut aider.

 

3- « Nous avons des émotions, car nous pensons »

 

Selon cette théorie, mon émotion ne sera pas la même selon que j’interprète un événement d’une façon ou d’une autre.

Quoi de plus rassurant pour le mode de pensée rationnel ?

Cette approche cognitive des émotions prône que nous classons sans cesse les événements selon qu’ils soient agréables/désagréables ; prévisibles/imprévisibles ; contrôlables/incontrôlables …

Et selon la combinaison, une émotion apparaît, par exemple :

imprévisible/désagréable/contrôlable = colère

prévisible/désagréable/contrôlable = anxiété

Divers méthodes accompagnent les gens à changer leur façon de penser en passant par l’analyse de ses propres fonctionnements pour qu’ils agissent sur leurs émotions.

Les stoïciens de l’Antiquité parlent du fait que ce ne sont pas les événements qui affectent l’humain, mais l’idée qu’ils s’en font.

 

4- « Nous avons des émotions car c’est culturel »

 

C’est par apprentissage que nous avons appris les réactions émotionnelles à adopter dans telle ou telle situation, voilà ce qu’exprime cette théorie.

C’est une approche culturaliste, qui parle de l’émotion en terme de rôle social, qui agit dans un certain type de société et qui peut varier d’un continent à l’autre.

Ainsi, certains pourraient ignorer la jalousie sexuelle ou la tristesse mais nous verrons que certaines observations sont décevantes pour cette optique là.

D’une société à l’autre, il est possible qu’un comportement ait une autre signification, ou soit carrément incompris alors que le rôle social de l’émotion permettrait de donner un sens et de faire accepter certains comportements.

Les Japonais par exemple, ont tendance à exercer un contrôle sur leur expression dès qu’un figure d’autorité est présente avec eux.

Cette approche reste intéressante mais il devient difficile de croire que nos émotions sont culturelles comme nous allons le voir ensemble.

« Tout le monde à gagné et tout le monde mérite un prix. »

Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles.

Parfois ces théories semblent contradictoires, et chacune semble attribuer de l’importance à un aspect qui diffère des autres théories.

Chacune des parties qui soutiennent ces théories s’accordent pour reconnaître qu’il y a du bon et de l’intéressant dans les autres courants.

Et quelque part, il est possible que les théories qui tendent à expliquer un aspect de nous même est toujours moins complexe que ce qu’il en est réellement.

C’est pourquoi nous allons aborder les émotions avec, à chaque fois, différents points de vue, pour nourrir votre esprit, votre corps avec plusieurs angles de vue.

Je parlerais d’un dernier aspect pour exprimer un point de vue sur les émotions.

Il s’agit du point de vue de l’énergétique traditionnelle chinoise qui place les émotions au sein des organes, et considère le cerveau comme un centre qui représente également tout ce qu’il se passe au niveau de la vie organique.

Cette approche relie l’aspect somatique des émotions, et les réactions du corps face à celles ci.

Contrairement aux théories qui ont été énoncées, l’énergétique est une science qui se base sur l’analogie et non sur l’aspect rationnel, ce qui lui donne un point de vue parfois contradictoire mais surtout complémentaire au mode de pensée occidental, il arrivera que je m’y réfère de temps à autre dans cette ouvrage.

Ah oui, une dernière chose avant de passer aux choses sérieuses, il paraît que pour reconnaître une émotion fondamentale, elle doit répondre à certains critères qui sont :

-Débuter d’un seul coup

-Durer peu de temps

-Se distinguer les unes des autres

-Agiter le corps d’une certaine façon

-Avoir une expression faciale universelle

-Être déclenchée par des situations universelles

Dans la suite de cet ouvrage, nous allons traiter ensemble les émotions fondamentales qui sont déterminantes pour notre bien être et notre adaptation et nous allons aussi développer quelques principes utiles pour mieux reconnaître, utiliser et vivre ces émotions, en attendant ce moment, je vous remercie d’avoir accordé de l’attention à cette lecture, à bientôt !

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l’hypnose, la PNL et les méthodes de communications efficaces, vous pouvez consulter la bibliographie en cliquant ici, sur laquelle une série de résumés de livre est disponible pour satisfaire vos besoins.

Leave A Response

* Denotes Required Field