Etre hypnopraticien à l’ARCHE, mon récit sur la formation

L’histoire de ma formation à l’ARCHE pour être hypnopraticien (1)

 

La formation pour être hypnopraticien que j’ai suivis se déroule en 4 temps, d’environ 7 jours chacun. Il s’agit ici du récit de ce que j’ai vécu au cours de ma troisième semaine au sein de l’A.R.C.H.E (Académie de Recherche et de Connaissance en Hypnose Ericksonienne). J’ai opté pour la rédaction d’un format jour par jour type “journal” pour partager mes ressentis sur cet enseignement.

Si vous n’avez pas lu les articles sur mon expérience partagée sur les semaines de technicien 1 et 2 à l’ARCHE, vous pouvez toujours les découvrir ici :

“Ma semaine de formation à l’ARCHE, le technicien 1”

“Ma semaine de formation à l’ARCHE, le technicien 2”

 

*** IMPORTANT ***

Afin de vous aider à saisir les mots qui sont propre au langage hypnopraticien, vous pouvez ouvrir le glossaire en cliquant ici, afin qu’il s’ouvre dans une nouvelle fenêtre.

 

A présent, je vais partager avec vous ce qu’il se passe réellement lors d’un formation pour apprendre l’hypnose Ericksonienne.

 

Récit de la formation hypnopraticien à l'ARCHE

 

La formation hypnopraticien : Jour 1 « présentation et métaprogrammes »

Cela fait 9 semaines que j’ai terminé la formation de technicien 2 et depuis ce jour là, je me suis préparé pour ce moment que j’ai tant attendu.

Me voilà à Paris pour continuer l’aventure, nous sommes en Octobre, et autant dire qu’il ne fait pas très chaud.

J’arrive avec quelques minutes de retard et impossible d’être discret pour rentrer, les yeux se rivent sur moi et Kevin Finel m’invite à m’installer sur l’une de deux chaise livre au premier rang.

On nous présente la semaine, ce qu’elle va nous permettre de développer et ce que l’on attend d’un hypnopraticien à ce stade de la formation.

Sans plus attendre, nous passons à l’action avec un petit échauffement matinal afin de mobiliser nos ressources en y associant un phénomène hypnotique, la routine à l’ARCHE.

 

Ainsi, nous rentrons dans le vif du sujet, et nous abordons les métaprogrammes, j’avais déjà lu cela entre autre dans le livre d’Anthony Robbins Pouvoir Illimité et j’aime autant vous dire que j’étais plus que ravie d’en apprendre d’avantage sur cet outil formidable qui change à jamais votre façon de communiquer avec vous même et avec les autres.

Pour peu que vous preniez la peine d’intégrer cet outil à votre façon de fonctionner afin que cela ne soit pas un effort mais un automatisme.

En fait, les métaprogrammes permettent de comprendre les tendances humaines, comment une personne sélectionne de l’information et comment utiliser cela pour se faire comprendre et être compris dans votre communication. En un mot, c’est REDOUTABLE.

Après s’être familiarisé avec l’outil à travers des exercices, nous découvrons comment cela est utile pour accompagner une personne à réalisé un objectif de vie. En fait, cela permet d’aider quelqu’un dans sa configuration afin que cela soit en accord avec son objectif et non en lutte.

Toute la difficulté d’utiliser cet outil réside dans le fait qu’il faut savoir répartir son attention sur plusieurs niveaux pour déceler des informations saillantes et à la fois suivre le fil d’une conversation.

Nous terminons cette journée en abordant brièvement la métaphore et l’histoire encastrée, afin de nous préparer à un gros exercice qui n’aura lieu que quelques jours plus tard. Après une bonne journée, des croyances partagées, une oscillation constante entre l’état d’éveil et d’hypnose, je repars avec un grand sourire en attendant patiemment la journée suivante.

La formation hypnopraticien : Jour 2 « tigre, modèle de précision et croyances »

Ce matin là, il fait froid, et le protocole que nous étudions est idéal pour nous réchauffer, il s’agit de modéliser un tigre, de faire naitre un état en incarnant les symboles comportementaux du tigre et de rugir le plus fort possible au dernier moment. Résultat, efficace, j’ai eu la voix cassée pour le reste de la journée, et je me sentit investit d’une formidable énergie.

Le suite de la journée est consacrée aux croyances. Nous avons pris le temps de les définir, d’apprendre à les repérer et à les utiliser. Ce qu’il faut retenir c’est que l’on enlève pas une croyance, on la fissure. Nous avons alors appris de nouveaux outils pour agir sur les croyances, notamment, le méta-modèle de précision, dont le livre “La structure de la magie” fait l’objet.

Pour finir, nous avons vu une méthode pour recadrer et utiliser les croyances pour générer du changement en nous basant sur des ancrages.

Cette méthode s’appelle le “Color blind”. Après quelques exercices pour changer nos croyances et pour ressentir les effets instantanés des ancrages sur les certitudes, la journée se termine et je pars en quête de ce qui sera à partir de ce moment, “mon journal des croyances”.

Un petit ouvrage que je tiens à jour régulièrement pour suivre mon évolution.

 

La formation hypnopraticien : Jour 3 « valeurs et stratégies »

 J’ai une question pour vous, est-ce qu’il vous ai déjà arrivé de vous trouver dans une situation où vous vouliez vraiment rejoindre des amis pour passer du temps avec eux, et d’un autre côté quelque chose vous en empêche car vous savez que cela a aussi son importance?

 

Bravo, vous êtes humain, vous avez fait face à une confrontation de vos valeurs. Par exemple, si votre carrière à de l’importance à vos yeux, et que passer du temps avec votre famille à aussi de l’importance, le jour où vous allez devoir rester au bureau plus tard faire avancer vos projets professionnels et qu’en même temps vous allez louper un repas avec votre famille, vous pouvez littéralement être confus et vous créer un bug !

Heureusement, l’hypnose est là, et elle permet entre autre d’établir un hiérarchie de nos valeurs avec un petit jeu qui prend un peu de temps mais qui est ludique, dans lequel vous découvrez les choses qui ont le plus d’importance pour vous. Et croyez moi, parfois vous avez de sacré surprises !

C’est ce que nous avons fait ce troisième jour de formation, pour ma part, ma valeur principale à été l’amour, et je n’ai pas eu de “grosses” surprise en découvrant certaines choses que je pensai importante ont dégringolés dans mon échelle de valeur.

Après ce travail très introspectif et plein d’émotions en tout genre, nous nous retrouvons en sous-groupe et abordons l’aspect stratégique de l’utilisation des nouveaux outils que nous avons découvert jusqu’à présent.

Ainsi, nous apprenons entre autre à construire nos inductions en fonctions des métaprogrammes. De plus, nous abordons l’aspect pratique pour intégrer les valeurs dans une séance d’hypnose, en vérifiant son écologie ainsi que sa place dans les niveaux logiques.

Personnellement, j’ai la sensation que l’on m’a donné quelque chose de très précieux durant cette journée, et cela me donne envie de faire de mon mieux pour l’utiliser afin que cela serve un maximum de personne.

Pour finir, si une personne est en transition, ou en perte de repères, une hiérarchisation des valeurs peut s’avérer très utile. Après cette journée plus qu’intense, l’heure est au repos, et pour ma part cela signifie aller voir des amis de longues dates pour passer du temps avec eux.

La formation hypnopraticien : Jour 4 « silences et histoire encastrées »

Le matin de cette quatrième journée, nous avons étudié l’impact du silence dans la communication, son rôle et son utilisation.

Nous nous sommes appuyé sur les travaux d’Ernest Rossi, le célèbre élève de Milton Erickson. En effet Ernest Rossi dans son approche de l’hypnose utilise des silences qui peuvent être long de plusieurs minutes. Cela a pour impact de laisser infuser et de donner une dimension très particulière à une suggestion, car oui, une suggestion à une durée de vie dans le temps.

Ainsi nous avons littéralement décortiqué le guide thérapeutique de Rossi, pour savoir comment il utilise le silence, et comment il parvient à agir sur un douleur, on appelle cela l’analgésie.

Pour ce travail, le chalenge à été d’utiliser seulement 5 phrases en 15 minutes. Et ça fait bizarre parfois…

Ce qu’il faut retenir de cette approche d’après moi c’est qu’en choisissant stratégiquement quelques mots, on peut activer beaucoup de choses en peu de temps et ensuite laisser tout cela infuser…

Pour la suite de la journée, notre formateur nous présente un nouveau chapitre : “Comment raconter”.

Il s’agit d’insister sur la façon de raconter une histoire, une métaphore, afin que le conscient ne comprenne pas directement ce qu’on lui raconte (sinon pas la peine de s’embêter à raconter une métaphore). Tout cela nous prépare à un exercice de taille auquel nous allons nous essayer, “l’histoire encastrée”.

J’adore les histoire encastrées ! C’est une structure qu’on utilise dans le langage pour agir sur les croyances, et ce qui est très intéressant c’est que la structure même de cette communication produit de l’amnésie, et cela évite que le conscient se souvienne de tout et qu’il analyse le contenu en prenant le risque de déconstruire tout le travail qui est mis en place. Intéressant n’est-ce-pas?

Ainsi, la façon dont on raconte une histoire est aussi importante que l’histoire elle même. L’important, c’est que le sujet soit dans l’état idéal pour recevoir le cadeau qu’on va lui faire au travers de l’histoire encastrée, qui permet de changer une certitude sur un façon de fonctionner dans une situation.

En fait, l’histoire encastrée permet de faire évoluer un métaprogramme afin qu’une personne puisse fonctionner inconsciemment, de la façon la plus efficace pour qu’elle atteigne un objectif de séance.

Pour réussir cela, l’imagination, l’émotion, l’attention sont autant d’ingrédient intéressant à utiliser. Ainsi, pour raconter une histoire il y a une différence entre être explicatif et être hypnotique.

Ainsi s’achève la quatrième journée, je sens que l’hypnose me plait de plus en plus et que cela est encore plus profond que ce que j’avais pu imaginer jusqu’à présent. Au fur et à mesure que le temps passe, je me sens de plus en plus hypnopraticien.

 

La formation hypnopraticien : Jour 5 « transe partielle »

 Si je vous dis qu’on peut donner une forme à la transe hypnotique, vous pensez à quoi?

Ce matin là nous nous sommes amuser avec la transe partielle, en lui donnant une forme, et bien sur une fonction et une utilité. En fait, il est réellement possible  d’amener une personne qui a les yeux ouverts, à faire l’expérience de la transe sur une partie localisée de son corps, cela amène à une drôle de phénomène, “être conscient d’une part inconsciente de nous même”.

Pour voir quel pouvoir l’esprit peut avoir sur le corps, je vous renvoie à l’expérience de Léon Chertock dans laquelle il pose des pièces de monnaie sur des patients sous hypnose, en suggérant que les pièces sont brulantes. Le résultat est un réponse quasi-instantanée du corps qui produit une véritable marque de brulure à l’endroit où les pièces ont été posées.

Alors finalement, quelles sont les possibilités de la transe partielle ?

On peut s’en servir pour montrer sur le corps peut avoir une action sur lui même en fonction de ce qu’il considère comme vrai.

L’expérience des pièces de Chertock illustre bien le fait que conscient et inconscient peuvent considérer les choses différemment, et que cela à un impact réel.

Si on peut déplacer la transe d’une endroit à l’autre du corps et jouer avec pour l’étirer ou l’intensifier, on peut faire la même chose avec une peur par exemple.

Après des démonstrations, exercices, sous groupes et application de ce que la transe partielle permet de faire, et de ce qu’elle présuppose, nous réalisons des groupes pour faire une séance complète, dans laquelle l’idée est d’intégrer la transe partielle et de s’en servir pour produire un résultat.

 

La formation hypnopraticien : Jour 6 « analgésie et hypnose profonde »

“Travailler avec le sérieux d’un enfant qui joue.”

C’est l’idée qu’on nous véhicule en hypnose, et ce jour là, nous abordons le travail sur le douleur avec l’hypno-analgésie. Et pour cela, on provoque une douleur en pinçant nos partenaires, on place cette douleur sur une échelle et on utilise l’hypnose pour atténuer cette douleur (et non la supprimer, car la douleur à un effet signal).

Personnellement, je pense que cette technique demande un entrainement particulier pour atteindre des résultats satisfaisants. Certes ça fonctionne, il faut de la dextérité pour transformer la perception de la douleur de façon plus efficace que vous décidez d’orienter votre attention sur autre chose (ce qui vous éloigne plus facilement de la douleur).

Donc oui, avec de l’astuce et de l’imagination, vous pouvez avoir une action sur vos sensations douloureuses.

Ce jour là j’ai entendu une belle suggestion concernant la douleur :

“Si tu es prêt à accepter l’idée que tout ceci est une expérience, le corps n’est pas obligé de laisser des traces.”

Nous poursuivons la journée en amplifiant nos capacités à induire un état hypnotique chez un individu. L’heure est à ce qu’on appelle, le “fractionnement”.

C’est l’art de mêler différentes inductions pour produire des états d’hypnose profonds.

C’est en utilisant le rythme, la voix, la tonalité et une bonne analyse de notre interlocuteur ainsi qu’une excellente maitrise des inductions que nous pouvons approfondir un état hypnotique. Après une explication, nous nous lançons dans l’exercice d’application.

Pour ma part, la personne à qui j’ai fais du fractionnement durant 20 minutes (le but était de placer un ancrage de transe) est partie tellement profondément que j’ai débordé sur mon temps de passage, en effet, elle n’entendais plus ma voix et avait un état très intériorisé qui l’a coupé du monde extérieur.

Après quelques minutes de suggestions pour revenir à un état de conscience plus ordinaire, j’ai finis par crée un contact avec son bras ce qui à eu pour effet de la ramener rapidement. Le résultat à été bluffant.

La formation hypnopraticien : Jour 7 « la régression en âge »

Nous y voilà, le dernier jour de la semaine de « praticien 1 ». Toute la formation s’est articulée autour de ce dernier jour. Car l’heure est à la découverte de la régression en âge !

La régression permet à une personne de faire remonter le temps à son esprit en quelque sorte et de se projeter dans une situation dans laquelle elle était avant.

On peut régresser jusqu’à l’âge de 5 ans par exemple, en hypnose profonde, et donc en ayant pas tout a fait conscience de ce qui se passe autour, et de vivre une expérience hypnotique qui donne des ressources qu’on avait pas eu à cet âge là pour traverser le reste de sa vie.

En effet, l’esprit prend en considération cette expérience et l’intègre à l’histoire de vie d’une personne. Ce qui change littéralement pas mal de chose et peut impacter l’identité, une couche très profonde d’une personne, quasiment la plus haute sur la pyramide des niveaux logiques.

En fait, nous nous souvenons d’une quantité tellement mimine sur les évènements de notre vie que je prends conscience que notre mémoire n’est pas stable du tout. En effet, lorsque nous faisons appel à nos souvenirs, ils sont recrées par notre esprit (car il ne sont pas stockés dans un recoin de l’esprit) et à partir du moment où ils sont recrées, ils peuvent être potentiellement modifiés…

La régression travail avec le souvenir mental. Ce qu’une personne trouve dans son passé sous hypnose va lui apporter quelque chose dans le présent, et c’est ça qui nous intéresse.

Cependant, il y a un cadre à respecter afin que la régression se passe convenablement. Surtout, il ne faut pas utiliser la régression pour effectuer une recherche de vérité, on agit plutôt sur une construction, sur la vérité de la personne afin d’amener du changement, en prenant soin d’éviter de crée des faux souvenirs tout de même.

Car crée un faux souvenir est facile, on dit qu’un mensonge devient une vérité à partir du moment ou deux personnes y croient.

La vrai question est donc, sur quelle vérité je veux me construire pour devenir celui que je veux être?

Car la plupart du temps, ce que nous racontons sur notre enfance c’est ce que nous avons besoin de nous raconter.

La régression consiste donc à apporter ce qui aurait eu besoin à un moment donné pour dépasser quelque chose et ainsi agir sur le présent.

Personnellement je trouve ça passionnant ce qu’on peut réaliser avec cette approche et surtout, tout ce qu’elle présuppose derrière.

Ce type de régression s’appelle la redirection d’histoire de vie. Pour ma part, j’ai sortit mes tripes pour amener mon partenaire en transe ce jour là, car il a vraiment laisser ses émotions à une place à laquelle j’ai eu du mal à avoir accès.

Finalement, je n’ai pas réussi à réaliser le protocole de régression, j’espère que vous ne m’en voulais pas trop, mais j’ai crée un contexte très particulier avec mon partenaire, pour aller chercher ses émotions.

J’ai puiser à l’intérieur de moi pour incarner un véritable praticien en hypnose, en oubliant littéralement le cadre de cette formation.

A ce moment là, il n’existait plus que deux personnes assises en quinconces et ayant un véritable échange hypnotique. Je l’en remercie car cette séance m’a vraiment apprise beaucoup de choses, j’ai vraiment sentit que j’avais fait une progression immense sur 1 heure de temps.

 

La formation hypnopraticien : Ce que j’ai appris

Cette semaine à été très chargée en émotions, en apprentissages, en découvertes et très riches de rencontres. J’ai pu développer les outils dont je disposait déjà en faisant preuve de plus de stratégie.

Et également, j’ai sentit que je devenais davantage moi même, je m’incarnais davantage jour après jour pour traverser ce long chemin pour devenir praticien en hypnose Ericksonienne et ainsi accompagner un maximum de personnes à élargir leurs schémas inconscients, à traverser les épreuves pour lesquelles ils souhaitent être accompagnés.

De plus, comment dire, mon approche et ma vision de l’hypnose s’en est trouvée bouleversée, changée, évoluée et prend une forme très intéressante qui ouvre mon champ de vision sur la vie ainsi que ma façon de communiquer et de voir le monde.

Être hypnopraticien c’est quelque chose de plus grand que l’image que je m’en faisais. Cette formation est vraiment pleine de surprises et de rebondissements, j’ai hâte de vivre la semaine du praticien 2 et de la partager avec vous, en attendant,

je vous dis à très bientôt !

 

PS : Vous pouvez partager cet article avec vos proches qui sont susceptibles d’êtres intéressés par son contenu !

Vous pouvez suivre l’actualité du site sur la page Facebook qui est dédiée au blog !

Leave A Response

* Denotes Required Field